.: Avant :.
Beaucoup de préparations pour cette nouvelle journée Grand Siècle : pour une fois il m’a été possible d’attirer mon cher époux parmi les costumés, ce qui signifie la nécessité de costumes assortis. De nombreuses heures de travail plus tard, c’est ainsi que sont nés ces ensembles de la fin des années 1780 (ma période préférée en matière de mode). Une robe redingote et un grand chapeau à plumes (what else ?!?) pour moi, un habit pour lui (sachant que les pantalons ce n’est définitivement pas « mon truc » !). Mais rien qui soit réellement terminé, ce qui est hautement frustrant pour moi qui ait la fâcheuse tendance à ne jamais finir un costume déjà porté !
Nos deux costumes, presque terminés… (robe redingote et habit)
.: Le Pink apéro :.
Départ précipité, d’autant plus que je déteste conduire (beaucoup de stress pour moi !) et au volant d’un van qui pourrait contenir l’ensemble de mes costumes (c’est dire s’il était grand !). Un habillage sur le parking et de nombreuses péripéties plus tard, les membres du Ministère des Modes (notre association de costumés) sont là, la table est dressée et nous pouvons enfin commencer l’apéritif. Temps superbe (un peu de vent malheureusement, mais pas de pluie pour une fois !) et bonne humeur générale firent que tout se passa on ne peut mieux. Une grand merci d’ailleurs à tout ceux qui le rendirent possible : les cuisinières imaginatives, les créatrices de cocktails originaux, les personnes qui apportèrent de la décoration, ceux qui suèrent à grosses gouttes pour apporter le matériel (note pour plus tard : prévoir des déménageurs la prochaine fois) et surtout aux participants sans qui rien n’aurait été possible !
Lancement du »pink apéro », un apéritif aux couleurs de notre association.
Crédit photo : Thierry Liard
.: Les costumes :.
Ceux de notre groupe tout d’abord, superbes ! Vous fûtes tous maaaaaagnifiques ! Toutes ces nuits de travail, tout cet argent dépensé en dentelles, tissu et bouton ne furent pas vains. Il faut aussi saluer celles qui ont fait l’effort de confectionner quelques formes de robes très rares : Pia pour sa robe battante très réussie (une robe souvent considérée comme affreuse, même par les contemporains de cette mode !) et Mathilde pour sa très belle circassienne.
Je ne dois pas non plus oublier de mentionner toutes les personnes qui viennent régulièrement nous faire des coucous et qui ont toujours de très beaux costumes. D’autres groupes ou individus étaient eux aussi très en beauté : de 1660 à la fin du XVIIIe siècle, beaucoup d’époques étaient représentés.
Scènes d’une autre époque…
Et puis… il y a les autres costumes. Des crinolines à foison, des perruques « papa noël » un peu partout, pas de corset. A mon avis la palme revient à une crinoline en lamé s’arrêtant à 30cm du sol et laissant voir le jean et les tennis de la dame. On peut me taxer de « purisme » mais au delà du côté historique (qui finalement n’est pas primordial pour ce genre d’évènement tout public) ce qui me chagrine c’est le mauvais goût.
Bref, on vient à la journée Grand Siècle pour le cadre, pour revoir les amis, pour en rencontrer de nouveaux, pour la gentillesse des propriétaires et des personnes qui y travaillent mais pas vraiment pour le côté authentique. D’un autre côté, il est difficile de poser des barrières entre « l’acceptable » et le « non-acceptable » : il y a matière à polémique, voir à dégoûter des débutants.

3 comments

  1. Bonjour et merci pour votre blog qui, déjà dans sa réalisation, est une somme de travail non négligeable!
    je me permets une petite remarque: Il est agréable j'en conviens de voir les différentes photos qui rendent compte de vos performances historiques, mais est ce qu'une "petite rubrique sur les prochains événements ne serait pas une bonne idée? Qu'en pensez vous?
    Bien à vous, Charles

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *