Anonymous

 

Sujet du jour : « Anonymous » de Roland Le Mauvais Emmerich. Comme vous venez sans doute de le constater ce film partait avec un grand malus au départ puisque le réalisateur est celui que je déteste le plus (et pourtant je n’ai pas la blacklist facile). La seule chose qui m’ait donné envie d’aller voir ce film était le sujet (et si Shakespeare n’avait jamais écrit la moindre pièce ?) et le côté « costumes ». Passée la peur de voir voler des taxis new-yorkais façon « film de Roland Emmerich », et bien je dois l’avouer… j’ai adoré !

 

Oui, bon, c’était très bien. Clap clap clap m’sieur Emmerich, alors maintenant continuez un peu sur votre lancée de films sans taxis volants… Pitiiiiiiiiié !
L’histoire est intéressante (même si elle doit être à peu près aussi historique que « Brave Heart ») et il y a assez peu de longueurs dans la réalisation, ce qui fait entrer ce film directement dans le cercle assez fermé des films en costumes non poussiéreux. La chute du film est assez inattendue, donc je vais essayer de ne pas trop spoiler par les images ou par mon texte ! Mais sur ce, arrêtons de lancer des fleurs et parlons costumes…

 

Arrêtons de jeter des fleurs disais-je !
Les costumes masculins tout d’abord : superbes. Avec un souci tout particulier sur les sous-vêtements brodés selon des motifs si typiques de l’époque (un exemple sur l’image ci-dessus, au col), à tel point qu’il m’a semblé reconnaître l’une des chemises visibles au Victoria & Albert Museum. Et puis contrairement au costumier de « The Tudors », le costumier d' »Anonymous » sait que le pourpoint sans manches ne se porte pas torse nu :

 

Bon, ok, c’est moins sexy mais quand même bien plus classieux…
Coupes de cheveux correctes (c’est à dire qu’on peut à peu près tout trouver selon le personnage), idem pour les barbes. On peut même assister à une séance rapide de maquillage masculin par le comte d’Oxford, geste de coquetterie tout à fait crédible pour un personnage pourtant très masculin.

 

Si je vous dis que cet acteur (Rhys Ifans) est celui-là même qui jouait le colocataire de Hugh Grant dans « Coup de foudre à Nottinghill » ? Oui, oui, je parle de la mocheté qui ouvrait la porte en slip kangourou). Comme quoi, le syndrome du « faux moche » existe aussi au masculin…
A noter aussi que les personnages ont des costumes tout à fait adaptés à leur « niveau social », puisqu’on passe souvent de la cour d’Elisabeth à la populace accourant dans les théâtres. Et là c’est tout de suite plus boueux, plus usé, moins chamarré et coupé de manière bien plus simple.

 

Un William Shakespeare faisant penser à celui de Joseph Fines, mais en mieux (dans le sens où l’on a pas envie de le frapper)
Côté « fraises », je ne m’y connais pas forcément bien à l’année près mais ça m’a semblé plutôt réaliste, avec des fraises suivant plutôt bien l’évolution de la mode (car le film présente de nombreux flash-backs).
Le genre de conseiller qui risque d’égorger tout le monde à la prochaine pleine lune (l’acteur étant celui qui interprète Remus Lupin dans les Harry Potter)
Côté femmes, c’est plus contrasté… Car encore une fois, c’est un grand n’importe quoi ! Question qui me turlupine depuis pas mal de temps : pourquoi les costumes masculins sont souvent bons alors que les costumes féminins sont régulièrement nuls ? Non, mais vraiment ? Si quelqu’un sait pourquoi alors qu’il n’hésite pas à me donner quelques pistes de réflexions…
Joelly Richardson (que l’on a pu voir dans « Nip/Tuck ») campe une Elisabeth plutôt crédible.  Par contre question costume : c’est quoi ces plis de partout ? Et ces manches ? Et…
Attention, il y quand même de nombreux costumes de qualité (3 costumiers ont collaboré au film, dont les fameux « Angels Costumes »). C’est entre autre l’un des rares films où les dames ne se baladent pas constamment la gorge à l’air :

 

Amusant : j’ai failli acheter le même tissu au marché St Pierre il y a quelques mois… Mais je ne l’aurais pas utilisé pour de la renaissance.

 

Il y a aussi une scène plutôt intéressante où l’on voit Elisabeth version âgée (interprétée par l’excellente Vanessa Redgrave, cf. ci-dessous) ôter son plastron en retirant les épingles une par une, laissant voir le laçage du dessous. Comme quoi il y a quand même des robes très bien reconstituées.

 

Là, le plastron est encore en place

 

Bien entendu, Elisabeth arbore régulièrement de ces cols & parures que l’on peut admirer sur nombre de ses portraits (mais dans la réalité ?). La coiffure de ses perruques est plutôt bien réussie, avec leurs petits accroche-coeurs sur le front…

 

Mais pour en revenir sur les plus gros « couacs » (car j’ai tendance à passer sur les petits, c’est un film avec la vision artistique que cela sous-entend), ils sont de deux ordres :
1. La pire chose imaginable dans un film en costume : des dames de la cour qui ne portent pas de corset, mais alors, pas du tout de corsets. Entre autre, la toute première scène où l’on voit des robes m’a fait hurler car l’une des demoiselles a une robe au torse tout plissé de partout… Mais ce n’est pas une erreur unique, car par la suite il y en a encore un peu partout, glissées au second plan.
2. Non, une reine d’Angleterre, même si elle est super « open », ne se balade pas avec les cheveux au vent façon « préraphaélite » fin 19e (cf. image suivante).

Tout le monde est bien coiffé, la seule souillon c’est la reine… (et ces manches ? Seriously ?)

Quelques images de choses pas forcément « glops » :

La grosse manche en tulle ornée de quelques motifs renaissance me semble quand même plutôt étrange…
La robe « cloisonnée façon porte-photo », pas beau hein ? Et bien c’est pire en vrai quand on la voit bouger… Le plastron surtout est très volumineux, c’est vraiment hideux.
Oh oh, la fraise rouge… C’est classe (ou pas).
Mais que ces bémols ne vous empêchent pas d’aller voir le film ! Parce que (heureusement ?) il y a assez peu de scène où il y a des dames, « Anonymous » étant plutôt masculin dans l’ensemble… Et puis à mon habitude je pinaille : je pense très sérieusement que tout ce que j’ai souligné de négatif passe sans problème pour les personnes non passionnées par l’histoire du costume.
Quelques dernières images :

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *