Dernier mois de la boutique !

Dernier mois à la boutique avant fermeture ! J’ai donc mis un petit planning des horaires d’ouvertures sur mon site internet :
Last month before the end of the store ! That’s why I put a little schedule of the open hours  on my website :
 
 
 
***
Pas une journée ne se passe sans que j’ai une tonne de questions alors voici un petit FAQ :
There is not a day without loads of questions, that’s why I made a FAQ : 
 
Q : Tu arrêtes de faire des costumes ? Do you stop making costumes?
R : Franchement, je ne sais pas. Oui, je continue les costumes au moins pour moi, mais je ne suis pas certaine d’en faire beaucoup pour les autres. Oui, je continuerai le blog (c’est même de loin ce que je dois faire car j’ai 1 an de retard dans mes publications !). Je ferai sans doute une boutique en ligne. Et puis il y a la toute nouvelle association que je monte avec des amis qui a déjà beaucoup de projets ! Mais là tout de suite j’ai besoin de souffler un max, donc je ne veux plus trop entendre parler boulot jusqu’à septembre. Ensuite on verra si je continue ou si je reprend un « vrai » boulot (=un boulot qui paie).
I really don’t know. I’ll go on in costumes making, but I am not sure I’ll make a lot for others. And yes, I’ll go on with the blog (I have so many articles still not written !). I think I’ll make an online-shop. But it’s too soon to talk about that, I need a break until september, I’ll think of it later.
And the new group I am creating with friends seems to start very well !
 
Q : Tu fais quoi ensuite ? What will you do after june?
R : J’ai des projets MAIS je n’en parlerai pas car j’ai une clause de confidentialité (mais ça a à voir avec le costume). Mais il n’est pas exclu que je change pour la 4e fois de domaine professionnel : microbiologiste > informaticienne > costumière > on ouvre les paris sur mon prochain boulot ? Une chose est sûre : si je n’avais pas un mari ne pouvant vivre sur Paris ce serait trèèèèèèèèèès loin de cette affreuse ville, et même sans doute à l’étranger.
I have a lot of plans but I have a non-disclosure agreement (but it has to do with costumes). But I too think about starting a new job : microbiologist > I.T. > Costumer > What is next ? One thing is certain : if my husband was able to live somewhere else than Paris all my plans would be very far from that awfull city, abroad I guess.
 
Q : La boutique ne marchait pas ? The store was not a success ?
R : Au contraire, la boutique fonctionne très bien, mon carnet de commande est plein jusqu’à plusieurs mois à l’avance et je refuse les commandes. Pourtant, je n’arrive pas à me verser le moindre salaire depuis 2 ans, c’est signe qu’il faut rectifier le tir ! Là tout de suite je suis complètement lessivée : il faut être fou / maso / stupide (ou sans doute un peu des trois) pour être chef d’entreprise dans un domaine artistique de nos jours en France. Je ferai un article plus détaillé sur les 1001 raisons pour lesquelles il ne faut pas se lancer à son propre compte et sur les choses à faire avant de faire le grand saut. J’ai tellement souvent des gens qui me disent avoir envie de tout plaquer comme je l’ai fait et vivre de leur passion : ne le faites surtout pas ! (sauf si vous avez un mari riche ou des parents riches ou que vous êtes riche tout court, mais si vous devez payer un loyer ou simplement manger, arrêtez de rêver et retournez bosser !).
On the contrary, the store is a success and my ordering book is full. But I can’t pay me a wage, that’s the sign that I need to change a lot of things ! I am so washed out : you need to be crazy / masochist / stupid (or all of that) to be a business owner in France.
 
***
 
Je ne peux pas vous montrer les robes de mariées sur lesquelles j’ai travaillé ce dernier mois (raison de mes longs silences !) mais voici un petit teaser sur les trois prochains articles du blog : notre dernier séjour dans le Sussex (sobrement intitulé le « WEUK »).
I can not show you the wedding dresses I am working on (that’s why I was so silent this last month) but here is a little teaser of our last week-end in the Sussex (called the « WEUK »).
 
Fish & chips / clotted cream & scones…
Tout à commencé quand un ami costumier et moi-même nous disions à quel point nous irions bien visiter des domaines anglais. L’an dernier je n’avais pas pu concrétiser pour des raisons de temps et d’argent. Et comme 2014 s’annonçait encore pire que 2013 sur ces deux sujets, c’était signe qu’il fallait foncer (on ne vit qu’une fois !).
Everything started when a costumer friend and I were thinking that we would love visiting english big houses. It was impossible for me last year because I was lacking of time and money, but as 2014 was still worst than 2013 I decided to go despite all material problems !
 
Teaser photo :
 

6 thoughts on “Dernier mois de la boutique !

  1. Hello Fanny,

    C'est navrant de lire cela, il est dommage qu'aujourd'hui le talent ne puisse être récompensé à sa juste valeur et faire vivre le créateur. Quand j'entends les gens dire "les indépendants s'en mettent plein les poches" alors que n'importe quel boulot au smic rapporterai plus que ce que je fais actuellement, je ris jaune. Et quand je vois la qualité du projet que tu as monté, et que finalement l'aventure s'arrête, ça m’écœure. J'espère que tes nouveaux projets t'apporteront plus de satisfaction. J'attends avec impatience le second bal paradoxal. Et bonne chance pour la suite.

  2. C'est navrant Fanny ! Je suis de tout cœur avec vous pour vos nouveaux projets, qu'ils vous apportent du plaisir et bien sûr de quoi vivre. Merci d'avoir eu le gentillesse de m'ouvrir votre porte lundi. J'ai apprécié votre gentillesse. Reposez vous et revenez nous en forme. Je continuerai avec plaisir à vous suivre dans votre nouvelle association ! Cordialement. Marie40

  3. Merci d'avoir acceuilli des etrangers en visite a Paris . Elles sont toutes parties avec des souvenirs plein la tete , de gentillese partage et sourires .
    Bonne chance pour les aventures a venir!

  4. Bonjour,
    Il est regrettable de voir un projet mener avec passion s'achever pour des causes de coût de fonctionnement hors normes. J'ai eu la chance de vous rencontrer cette hiver (le pierrot XVIIIe)et avoir un aperçu de votre travail j'aurai souhaité qu'il y eut une meilleure fin quoi qu'il en soit je continuerai de vous suivre et vous souhaite toute la réussite possible dans votre prochain domaine.
    Bien à vous Marie

  5. Bonjour,
    J’ai lu quelques articles et réactions. J’ai été à mon compte. 2 fois. La première pendant 1an et demi, la seconde pendant 3 ans. J’ai arrêté la première fois parce que je n’arrivais pas à « me » vendre. Il faut savoir que dans les réussites réelles, il y a toujours 2 personnes : l’artiste et le commercial. Moi je n’étais pas bon commercial, et dans l’infographie, sur Lyon à l’époque, il y avait déjà près de 650 gars à leur compte (c’était en 2007), sans compter ceux/celles en portage salarial.
    Heureusement, mon investissement était minime, 5000€ auprès de l’ADIE : je déconseille, c’est du 13% avec le ticket d’entrée, auprès du crédit municipal. Mais bon. J’ai fait un investissement que j’ai gardé et qui me sert encore. Seulement, à son compte seul, on ne peut pas être au four et au moulin : à bosser chez soi et faire le commercial, c’est sérieusement une forme d’équilibrisme qui se brise toujours du côté où ce n’est pas votre nature. Dans mon cas, j’avais la fibre relationnelle et artitistique, pas commerciale et comptable. Je n’ai pas eu de pertes, car j’avais à l’époque opté pour la micro-entreprise. Seul régime qui permettait 2 années de suite de bénéficier de l’ACCRE (exo des cotisation fiscales pour les créateurs chomeurs.)

    Puis j’ai recommencé un peu plus tard. En mieux, plus durable – on apprend toujours de ses expériences. La première fois on m’avait déconseillé A TORT le régime micro. Bah oui, ça fait pas fonctionner un comptable. 1500€ de moins par an pour vous, mais pour eux aussi. Donc ils ne poussent pas à ça. MAIS la micro faisait qu’on devait payer quand même qqchose.

    Second opus en micro entrepreneur. maison d’édition. Je suis rentré dans mes frais mais j’ai arrêté pour une autre raison : je voulais voir grandir mes enfants et à un moment faut choisir : ou passer son temps à lancer la boite et être là en pointillé, où les voir grandir car une fois grand, c’est trop tard et c’est perdu A JAMAIS. Sans compter mon épouse qui avait du mal à me voir bosser à la maison sans me solliciter pour x choses.

    De plus, depuis l’auto-entreprenariat a évolué, il dérangeait tellement. Il vous reste la maison des artistes pour pas mal de domaiens. là encore moins intéressant qu’autrefois. Il faut le savoir, la France tue ses propres enfants (entreprises indé) parce que ça ne rapporte pas aux politiques. Et ils ont fait en sorte que les lois vous mènent à ces impasses. Débile pour vous, mais pour eux tout à fait logique. Autre débat.

    Donc tous les conseils que vous lisez sur ce blog sont avisés et réels. Cependant il faut être rusé : ne pas fonctionner avec les banques. Tout est dit.

    1. Bonjour FreeBird !
      C’est amusant de relire cet article après deux années si remplies de nouveauté. Et avec le recul, une chose est sûre : je ne peux être que d’accord avec tous vos propos !
      Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, et plus amer aussi. Difficile d’en parler avec des personnes n’ayant jamais traversé cette maison de fous… Mais quand on en connait les règles ça ouvre pas mal les yeux sur notre société et sur ses problèmes.
      Bon courage à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *