18e : La robe de cour Russe (russian court dress)

Par Elisabeth Daubrais

Fiche technique :
Le costume de cour russe fin XVIIIe

Data reminder :
The late 18th century Russian court dress

Pays : Russie. Country : Russia.
Famille : Des robes d’apparat. En Russie il y a une différenciation entre “apparat” et de “cour”. Une robe d’apparat peut être une robe portée à la cour, mais la robe de cour nationale est codifiée. Family : Ceremonial dresses. In Russia there is a difference between “ ceremonial » and « court ». A ceremonial dress can be a dress worn at the imperial court, but the national court dress is codified.
Mère : Catherine II dite la Grande Mother : Catherine II the Great
Assassin : La mode ! Le dernier modèle a être porté est la robe du couronnement d’Elisabeth Alexeievna, épouse d’Alexandre Ier, en 1801. Le style empire des robes achève définitivement ce style de robe, avant de renaître 30 ans plus tard, sous une forme différente. Murderer :  fashion ! Le last specimen was worn by Elisabeth Alexeievna, Alexander I’s wife, for her coronation in 1801.The hight waisted Empire silhouette is the end of this king of dresses, before reborning about 30 years later, in a little bit different shape.
Vie : Nait sous la volonté de Catherine II de créer un vêtement de cour national, dans l’élan nationaliste de la fin du siècle (voir la Suède notamment). Il est codifié en 1780 par une série de décrets impériaux. Les jours de fête, on devait porter des brocarts moscovites (favorisant ainsi les manufactures nationales), et les autres jours, on devait porter de la soie et du drap. En 1782, un décret ordonna même quelle robe devait être portée par quelle personne et quel jour. Un contemporain affirma qu’à la fin de son règne, l’Impératrice « ne possédait pas d’autre sorte de toilette de fête ». Toutefois, il semble que les robes portées par Catherine II étaient un peu différentes que celles des années 1790. Voici le souvenir qu’en a gardé Elisabeth Vigée-Lebrun : « son costume était simple et noble ; il consistait en une tunique de mousseline brodée en or, que serrait une ceinture de diamants, et dont les manches, très-amples, étaient plissées en travers dans le genre asiatique. Par-dessus cette tunique, était un dolman de velours rouge à manches très courtes. Le bonnet qui encadrait ses cheveaux blancs n’était pas orné de rubans, mais de diamants de la plus grande beauté […] Ce costume était habituellement celui de Catherine.»
Exclusivement porté à la cour de Russie, il est porté par la famille impériale (Catherine II a de nombreuses petites filles) et par les membres de la cour. Il n’arrive pas vraiment à s’imposer après la mort de l’Impératrice en 1796. Paul Ier exécrant sa mère, il est peu porté durant son règne (la robe du couronnement de son épouse est un Grand Habit de cour français). Un bref retour au début du règne d’Alexandre Ier, élevé par sa grand-mère. La robe du couronnement de son épouse Elisabeth Alexeievna est encore dans la lignée mais il sera le dernier de ce type.
Life : Born by the will of Catherine II who wanted to establish a national court gown in the nationalist momentum of the late century (see Sweden in particular). It is codified in 1780 by a serie of imperial decrees. On celebration days, ladies had to wear Moscow brocades (thus promoting national manufacturing), and other days, they had to wear silk and cloth. In 1782, a decree ordered which dress should be worn by which lady on which day. A contemporary witness stated that at the end of her reign, the Empress “had no other kind of celebration dress”. However, it seems that the dresses worn by Catherine II differed from the dresses the 1790’s. Elisabeth Vigee-Lebrun remembered them in her Memories: « her costume was simple and noble; it consisted of a chiffon tunic embroidered in gold, which clutched a diamond belt, and the sleeves, very detailed, were folded across the Asian genre. Above this tunic was a red velvet dolman with very short sleeves. The hat that framed her white hair was not decorated with ribbons, but with the most beautiful diamonds […] This costume was usually that kind of costumes worn by Catherine. « 
Exclusively worn at the court of Russia, it is worn by the imperial family (Catherine II has many granddaughters) and members of the court. This style of dress did not really manage to impose after the death of the Empress in 1796. Paul I hating her mother, it is not often worn during his reign (coronation dress his wife is a French Grand Habit). A brief return at the beginning of the reign of Alexander I, raised by his grandmother. The dress of the coronation of his wife Elizabeth Alexeievna is still in that style, but it will be the last of this kind.
Occasions de la porter ? Tous les événements de la cour de Russie : calendrier religieux, grands événements politiques, visites de dignitaires étrangers. When was it worn ? For every events at Russian court: religious calendar, major political events, foreign dignitary visits.
Dessous : Créé tardivement, il peut malgré tout avoir été porté avec des grands paniers. Sur la fin, les paniers ont été délaissés, peut-être au profit de cul ou jupon matelassés. Underwear : Created late in the century, it may still have been worn with large panniers. At the end, the panniers have been abandoned, perhaps in favor of bumpad or quilted petticoat.
Constitution : Le costume de cour russe fin XVIIIe est composé d’un jupon (=jupe), un grand corps (= corps garni = corsage très baleiné, conique et décoré et qui est visible) et un manteau de robe à la Turque.
Il s’agit du côté théorique car Catherine II porte des robes dites d’apparat qui n’ont pas ces caractéristiques. D’autres portraits, ainsi que des robes de cour, ne possèdent pas de manteau mais seulement une queue, plus proche du modèle français.
Les sous-manches peuvent être longues ou arriver au coude, ornées de dentelles. Le manteau de robe est presque systématiquement rayé, il dispose de manches plus courtes, il est orné de franges. La particularité de la robe à la Turque est que les deux parties constitutives du manteau se prolongent dans le bas de la jupe, créant une queue (traîne) sans couture à la taille, plus des devants coupés en diagonales. Une particularité de la robe de cour russe est que deux sortes de bretelles partant au niveau des épaules dans le dos et se nouant devant, en ceinture. Les plus riches pouvaient être en drap d’argent, mais cette étoffe étant particulièrement riche, elle était presque exclusivement employée que par la famille impériale, en particulier pour les mariages et les couronnements.
Elle se porte avec de la dentelle à l’encolure et aux manches.
Le costume de cour est différent du costume du couronnement, mais celui-ci possède quelques caractéristiques du costume de cour russe.
  Made of : The late eighteenth Russian court gown consists in a petticoat (= skirt), a grand corps (decorated boned bodice which is not an underwear!), a « manteau de robe à la Turque » (overskirt).
This is the theoretical view as Catherine II wore ceremonial dresses which do not had these characteristics. On portraits, as well as extant court dresses, they do not always have a “manteau”, but only a train, close to the French model.
The undersleeves can be long or elbow-length, decorated with lace. The “manteau” is almost always striped, it has shorter sleeves and is decorated with fringes. The peculiarity of the robe à la Turque is that the two constituent parts of the manteau are extended in the skirt, creating a queue (train), a seamless waist and a “front zone”. A peculiarity of the Russian court dress is two kinds of straps starting on the shoulders in the back and knotting in a front belt. The richest ones can be in silver cloth, but this fabric being particularly precious, it was almost exclusively used by the imperial family, especially for weddings and coronations.
It is worn with lace on the neckline and on sleeves.
The court dress is different from the coronation gown, but they have some characteristics in common.
Ordre d’habillage : Chemise > corps garni > grand panier/ cul> jupons de dessous > jupe > manteau. How to dress : Shirt > the decorated boned bodice > big pannier/bumpad > petticoats > manteau
Erreurs fréquentes : La confondre avec les autres robes d’apparat. Common mistakes : Confusing it with other ceremonial dresses.

+++ Photos on pinterest : Robes de cour russe 1780-90

Bibliographie :
La robe de cour russe de la fin du XVIIIe est peu étudiée car sa période est très courte. C’est un peu un ovni, perdue entre le grand habit de cour français importé avec les modes françaises par Pierre Ier et les costumes de cour russe du XIXe.
Bibliography :
Late 18th century Russian court dress is little studied because its short existence. It’s a bit of a UFO, lost among the large French court dress with imported French fashions by Peter I and the Russian court gown of the 19th century.

***

Voici les principales évolutions (cliquez pour agrandir les images) :
Here are its main evolutions (click to enlarge photos):

Leg
Trois portraits de Catherine II montrant les premières versions du costume de cour russe et son évolution (1776 par Roslin (Ermitage), 1780 par Rokotov d’après Roslin (Ermitage) et 1793 par Lampi (Ermitage).   ||    Three portraits of Catherine the Great showing the first versions of the Russian court dress and its evolution (177 by Roslin, Hermitage), 1780 by Rokotov (after Roslin, Hermitage) and 1793 by Lampi (Hermitage).

 

02_ 1790-91 Levitsky, Alex, Elena, Maria, Elatérina
Début des années 1790, les grandes duchesses Alexandra, Elena, Maria et Ekatérina Pavlovna, petites filles de Catherine II, par Lévitsky (musée de Pavlovsk).   ||    Begining of the 1790’s, grands duchesses Alexandra, Elena, Maria and Ekaterine Pavlovna, Catherine the Great’s granddaughters by Levitsky (Pavlovsk museum).

 

Dmitry Lévitsky, La Grande duchesse Alexandra Pavlovna (elle a 8 ans sur ce tableau !). / Dmitry Levitsky, Grand duchess Alexandra Pavlovna (she was only 8 years !).
Dmitry Lévitsky, La Grande duchesse Alexandra Pavlovna (elle a 8 ans sur ce tableau !).    ||     Dmitry Levitsky, Grand duchess Alexandra Pavlovna (she was only 8 years !).

 

Vers 1796, d’après Lévitsky, les grandes duchesses Alexandra, Elena, Maria et Pavlovna (Royal Collection), toujours avec des rayures./ About 179, after Levitsky, grand duchesses Alexandra, Elena and Maria Pavlovna (Royal Collection), again with stripes !
Vers 1796, d’après Lévitsky, les grandes duchesses Alexandra, Elena, Maria et Pavlovna (Royal Collection), toujours avec des rayures.    ||    About 179, after Levitsky, grand duchesses Alexandra, Elena and Maria Pavlovna (Royal Collection), again with stripes !

 

1796, Elisabeth Vigée Lebrun, le fameux portrait des grandes duchesses Alexandra et Elena Pavlovna (Musée de l’Ermitage). Le peintre a raconté dans ses mémoires qu’elle les avait d’abord représentés en tenue à l’antique (comprendre en robe chemise) mais que cela avait fortement déplu à l’Impératrice et qu’elle fut obligée de reprendre le tableau pour les vêtir en robe de cour russe./ 1796 Elisabeth Vigee Lebrun, the well-known portrait of the Grand Duchesses Alexandra and Elena Pavlovna (Hermitage Museum). The painter wrote in her Memories that she painted them in antic dresses ( this means robe chemise) but that irritated the Empress and she was obliged to transform the dresses into Russian court dresses.
1796, Elisabeth Vigée Lebrun, le fameux portrait des grandes duchesses Alexandra et Elena Pavlovna (Musée de l’Ermitage). Le peintre a raconté dans ses mémoires qu’elle les avait d’abord représentés en tenue à l’antique (comprendre en robe chemise) mais que cela avait fortement déplu à l’Impératrice et qu’elle fut obligée de reprendre le tableau pour les vêtir en robe de cour russe.   ||    1796, Elisabeth Vigee Lebrun, the well-known portrait of the Grand Duchesses Alexandra and Elena Pavlovna (Hermitage Museum). The painter wrote in her Memories that she painted them in antic dresses ( this means robe chemise) but it irritated the Empress and she was obliged to transform the dresses into Russian court dresses.

 

1792-95 : des couleurs différentes au sein de la famille impériale : 1792 La tsarevna Maria Feodorovna par Jean-Louis Voille ; la même année par le même peintre, sa fille la grande duchesse Eléna Palvovna ; 1795, la tsarevna porte du orange (par Lampi)./ 1792-95 : different colors for the Imperial family : 1792 tsarevna Maria Feodorovna by J-L Voille, same year by the same painter, her daughter the grand duchess Elena Pavlovna ; 1795 the tsarevna is wearing orange (by Lampi).
1792-95 : des couleurs différentes au sein de la famille impériale : 1792 La tsarevna Maria Feodorovna par Jean-Louis Voille ; la même année par le même peintre, sa fille la grande duchesse Eléna Palvovna ; 1795, la tsarevna porte du orange (par Lampi).   ||    1792-95 : different colors for the Imperial family : 1792 tsarevna Maria Feodorovna by J-L Voille, same year by the same painter, her daughter the grand duchess Elena Pavlovna ; 1795 the tsarevna is wearing orange (by Lampi).

 

1796 Borovikovski peint les grandes duchesses Alexandra et Eléna Pavlovna en robe de cour rayées et frangées, un grand classique./ 1796 Borovikovsky painted the grand duchesses Alexandra and Elena Pavlovna in stripes ad fringed court dresses, a great classic.
1796, Borovikovski peint les grandes duchesses Alexandra et Eléna Pavlovna en robe de cour rayées et frangées, un grand classique.   ||    1796, Borovikovsky painted the grand duchesses Alexandra and Elena Pavlovna in stripes ad fringed court dresses, so typical.

 

Différents styles : un précoce (1784, Ekatérina Voronstova- Dachkova par Lévitsky), début des années 1790 Olga Jerebtsova par J-L Voille et la contesse Sofia Panina (1791), Elisabeth Vigée Lebrun, la grande duchesse Elisabeth Alexeievna en 1796./ Different styles : an early (1784 Ekatérina Voronstova- Dachkova by Lévitsky), beggining if the 1790’s Olga Jerebtsova by J-L Voille et the countess Sofia Panina (1791), Elisabeth Vigée Lebrun, the grand duchess Elisabeth Alexeievna in 1796.
Différents styles : un précoce (1784, Ekatérina Voronstova- Dachkova par Lévitsky), début des années 1790 Olga Jerebtsova par J-L Voille et la contesse Sofia Panina (1791), Elisabeth Vigée Lebrun, la grande duchesse Elisabeth Alexeievna en 1796.   ||    Different styles : an early (1784 Ekatérina Voronstova- Dachkova by Lévitsky), beginning of the 1790’s Olga Jerebtsova by J-L Voille et the countess Sofia Panina (1791), Elisabeth Vigée Lebrun, the grand duchess Elisabeth Alexeievna in 1796.

 

Des versions beaucoup plus tardives : les grandes duchesses Elena Pavlovna (par Borovikovsky, Gatchina), et Anna Feodorovna (1799-1800, Ermitage). La taille est encore basse pour le premier mais on sent nettement l’influence des modes empire sur le second./ Very late versions : grand duchesses Elena Pavlovna (by Borovikovsky, Gachina) and Anna Feodorovna (1799-1800, Hermitage). Waist is still low on the forts but you could easiky see the Empire silhouette on the second.
Des versions beaucoup plus tardives : les grandes duchesses Elena Pavlovna (par Borovikovsky, Gatchina), et Anna Feodorovna (1799-1800, Ermitage). La taille est encore basse pour le premier mais on sent nettement l’influence des modes empire sur le second.   ||    Very late versions : grand duchesses Elena Pavlovna (by Borovikovsky, Gachina) and Anna Feodorovna (1799-1800, Hermitage). Waist is still low on the forts but you can easily see the famous Empire silhouette on the second.

Quelques vraies robes :
Some extant dresses:

Années 1790, robe de cour russe de la tsarevna Maria Feodorova, soie rayée orange et noire, décorée de dentelle, broderie au plumetis et perles de verre et paillettes, jupe en satin de soie blanche rayée ton sur ton. Musée de l’Ermitage. On voit la taile sans couture./ 1790’s Russian court dress worn by the tsarevna Maria Feordorovna, orange and black striped silk, lace, embroidered in satin stiches, glass beads, sequins; skirt of with striped silk satin; Hermitage Museum. You can see the seamless waist.
Années 1790, robe de cour russe de la tsarevna Maria Feodorova, soie rayée orange et noire, décorée de dentelle, broderie au plumetis et perles de verre et paillettes, jupe en satin de soie blanche rayée ton sur ton. Musée de l’Ermitage. On voit la taile sans couture.   ||    1790’s Russian court dress worn by the tsarevna Maria Feordorovna, orange and black striped silk, lace, embroidered with satin stiches, glass beads, sequins; skirt of white striped silk satin; Hermitage Museum. You can see the seamless waist.

 

Robe de cour de la grande duchesse Ekatérina Pavlovna, années 1790, Pavlovsk : grand corps, jupe et manteau à traine muni de bretelles. Pékin de soie, drap d’or, paillettes dorées, cannetille or et argent, grands et petits paillons d’argent, paillettes d’argent. Cette robe a été présentée à l’exposition Fastes de cour au château de Versailles (les photos de droite et gauche sont de Johanna Öst). / Court dress of grand duchess Ekaterina Pavlovna, 1790’s, Pavlosvk : grand corps, skirt and manteaux with train and straps. Silk pekin, gold cloth, gold glitter, gold and silver bullion, large and small silver spangles, silver sequins. This dress was presented to the Fates de cour exhibition at Versailles (photos left and right by Johanna Öst) 
Robe de cour de la grande duchesse Ekatérina Pavlovna, années 1790, Pavlovsk : grand corps, jupe et manteau à traine muni de bretelles. Pékin de soie, drap d’or, paillettes dorées, cannetille or et argent, grands et petits paillons d’argent, paillettes d’argent. Cette robe a été présentée à l’exposition Fastes de cour au château de Versailles (les photos de droite et gauche sont de Johanna Öst).   ||   Court dress of grand duchess Ekaterina Pavlovna, 1790’s, Pavlosvk : grand corps, skirt and manteaux with train and straps. Silk pekin, gold cloth, gold glitter, gold and silver bullion, large and small silver spangles, silver sequins. This dress was presented at « Fastes de cour » exhibition in Versailles (photos left and right by Johanna Öst).

 

Robe du couronnement d’Elisabeth Alexeievna, 1801, musée des Armures de Moscou. Ici le mannequinage très différent permet malgré tout de voir la même coupe que la robe de cour russe : jupe, grand corps et manteau à traine intégrée avec bretelle formant ceinture. Drap d’argent et broderies d’argent./ Elisabeth Alexeievna’s Coronation dress, 1801, Armoury museum, Moscow. Silver cloth and embroideries. The last version.
Robe du couronnement d’Elisabeth Alexeievna, 1801, musée des Armures de Moscou. Ici le mannequinage très différent permet malgré tout de voir la même coupe que la robe de cour russe : jupe, grand corps et manteau à traine intégrée avec bretelle formant ceinture. Drap d’argent et broderies d’argent.   ||    Elisabeth Alexeievna’s Coronation dress, 1801, Armoury museum, Moscow. Silver cloth and embroideries. Same shapes : skirt, grand corps and train with its belt-strap.

 

Et pour finir, ceci n’est pas une robe de cour russe, malgré les rayures. Elle a été faite pour la grande duchesse Ekatérina Pavlovna, peut-être dans l’atelier de Rose Bertin, à la fin des années 1780. C’est un grand habit français avec la particularité d’avoir les rayures prisées par le costume de cour russe. (Pavlovsk). / To finish, this is not a Russian court dress. It was made for the grand duchess Ekaterina Pavlovna, maybe by Rose Bertin workshop. This is French grand habit with stripes, popular on Russian court dress.
Et pour finir, ceci n’est pas une robe de cour russe, malgré les rayures. Elle a été faite pour la grande duchesse Ekatérina Pavlovna, peut-être dans l’atelier de Rose Bertin, à la fin des années 1780. C’est un grand habit français avec la particularité d’avoir les rayures prisées par le costume de cour russe. (Pavlovsk).    ||    I am ending with this dress, which is not a Russian court dress. It was made for the grand duchess Ekaterina Pavlovna, maybe in Rose Bertin’s workshop. This is French grand habit with stripes, popular on Russian court dress.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *