Crinoline troubadour renaissance, (Photo par Luc Morel)
L’association « Carnet de Bals », dont je fais partie, organisait un grand bal troubadour au château de Fontainebleau. J’ai donc choisi de reprendre la forme de l’une de mes robes renaissance (portée au Bal de Chambord) pour l’adapter en crinoline. J’ai opté pour un corsage se fermant par le devant pour changer un peu des crinolines que j’ai faites jusqu’alors… Des manches à crevées en losange (parce que j’aime le rendu) et des galons dorés en diagonale comme cela se faisait au XVIe siècle.
Pour la jupe par contre, il m’a fallu ruser : je devais utiliser un grand coupon de ce taffetas duchesse bleu mais les 3/4 de ce dernier furent détournés pour la lévite dont je parle dans mon post précédent (la cliente préférait ce tissu-là aux autres montrés). Qu’à cela ne tienne, cela m’a donné l’occasion de ré-utiliser ma jupe de froufrous dorés (tulle brodé de fil doré) qui m’avait donné tant de fil à retordre en novembre dernier !
Debout, avec mon cher mari (photo Thierry Liard). Mais le taffetas du devant ne tombe pas bien sur cette photo (le tissu est tellement rigide qu’il garde les formes facilement, j’aurais du le lisser avant la photo)

Gros problème : pas terminée, comme d’habitude ! Il manque beaucoup de rubans à aiguillettes, les berthes qui étaient prévues et surtout il n’y a aucun baleinage (et ça, c’est « le détail » qui ne passe pas). Mais bon, on ne peut pas plier des lotus (comprenne qui pourra) et finir sa robe !

La robe, en pleine action (photo : Thierry Liard)

Pour la petite histoire, vous avez failli ne jamais la voir car au moment de me préparer mes nerfs ont lâché et je ne voulais même plus aller au bal. Heureusement que mon cher mari m’a convaincu de finir de me préparer sinon je n’aurais pas eu le moindre avantage de cette organisation techniquement difficile…

2 comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *