Quelques dos de robes 18e

Un petit sujet concernant des questions qui sont souvent évoquées : à quoi le dos d’une robe 18e doit-il ressembler ? Comment s’y retrouver dans toutes ces formes de robes ?
Vaste sujet auquel je vais tenter d’apporter quelques éléments de réponse…

Ce que vous ne devez jamais voir sur un costume féminin du 18e

Au choix : les fermetures éclair et autres zips, les agrafes, les épingles, les oeillets, etc. Bref, une fermeture !
En effet, les robes de la noblesse / bourgeoisie ont ce qui s’appelle un manteau de robe qui se ferme sur le devant et qui cache parfois une autre robe ayant, elle, une fermeture dans le dos. Si vous voulez voir en un clin d’oeil si le patron de robe 18e que vous allez commander est un patron de costume (et non un déguisement) vous devrez aussi vérifier combien de pièces font partie du costume : 1 = déguisement à coup sûr, 2 minimum (ex. : 1 jupe* et 1 manteau) = vraisemblablement costume.
Donc pour récapituler, si vous voulez faire un costume de personne « aisée » il y aura deux choses à vérifier :
1. Pas de fermeture dans le dos visible,
2. Pas de robe en une seule pièce.
Vous noterez que je n’arrête pas de préciser « aisée », « noblesse », « bourgeoisie » car bien entendu dans les milieux les plus pauvres on faisait avec les moyens du bord, on trouve de tout et c’est pourquoi cet article ne les concerne pas…

Ce que vous pouvez voir…

A. Pièces toutes coupées sur la longueur (et la robe est totalement cintrée)

La taille n’est pas marquée par une coupure dans le tissu. Comme ça :

(Robe du MET) C’est beau et en plus c’est raccord…

Ou ça :

(une de mes robes) Hé hé, et c’est aussi raccord !

En fait, le tissu plisse fortement une fois passé la taille, cela permet de faire un joli tombé sur le « cul de Paris » (cette structure qui a succédé aux paniers et donne de l’ampleur sur les fesses).
Généralement, en voyant ce dos il y a de grandes chances pour que vous soyez sur un manteau de polonaise. Mais ce peut aussi être un manteau de front-zone ou un piège, comme ici :

(une de mes robes) Et oui, ceci est une redingote ! (ou « Pierrot » si tu préfères Odile 😀 )


B. Certaines pièces sont coupées sur la longueur mais pas toutes (et la robe est totalement cintrée)

(Robe du MET) Ok, elle est super mal mannequinée avec ces plis hideux… La jupe est légèrement retroussée (voir plus bas) mais ce n’est pas ce qu’il faut regarder !
(Robe du MET) Celle-ci est encore plus mal mannequinée car elle a une forme 19e !!!
Concentrez-vous sur les pans du centre, pas sur la forme du buste (pas assez conique pour être 18e).

Donc, vous avez des pans d’une pièce au centre et des pans où une couture de taille sépare corsage et bas de robe.
En voyant ce dos il y a de fortes chances pour que vous soyez face à une anglaise (mais il peut y avoir des cas particuliers avec des robes épinglées sur pièces d’estomac).

C. Plis bizarres au niveau des fesses…

Et là c’est simplement parce que vous êtes face à une mantua, une robe typique du début du 18e (1700 à 1730 environ). La plupart du temps ça ressemble à des plis dignes d’un kimono japonais, comme ça :

(Robe du Victoria & Albert Museum)

ou ça :

(Robe du Victoria & Albert Museum)

Et parfois on dirait une robe à faux-culs digne de la fin du 19e… Mais dans ce cas-là il s’agit encore d’une robe mantua en version « archaïque » (celle ci-dessous date de 1700).

(Robe du MET -je crois de tête-)



D. Des plis sur toute la longueur du dos !

Bon et alors en matière de plis c’est ardu car il y a pléthore de formes ! Comme chaque couturier faisait avec les informations qui étaient en sa possession, il n’y a pas « une forme de plis » mais des plis qui sont plus ou moins marqués, plus ou moins fixés par des coutures internes ou en haut, plus ou moins anarchiques…
Quelques exemples :

(Robe du MET) Un beau plis Watteau ! *
(Robe du MET)

 

(Robe du MET)

 

(Robe du MET)

 

(Robe du MET) Lui je l’appelle le pli « n’importe quoi »

 

(Robe du MET) Un peu simpliste ce pli !

 

(Robe du MET)

Si le manteau de robe touche le sol c’est une robe à la française très probablement (ou une robe battante -la maman de la robe à la française- ou dans des cas très rares une robe à l’anglaise). Mais pour pouvoir décider dans quelle catégorie la placer alors il faudrait voir le devant de la robe !
Si le manteau ne touche pas le sol ça peut être un pierrot, un pet en l’air, etc.

Ah, et pour information, dans le cas d’un pli Watteau* alors le pli n’est que rarement indépendant du reste du manteau de robe. Bon, ok, ça s’est déjà vu, mais c’est très très rare et c’est quand même plus joli quand c’est une partie du manteau de robe, comme ça !

(robe du MET) Un coup de vent et c’est le ravissement (car il gonfle le dos de la robe)



E. Corsage en pointe

Il y a une couture sur toute la taille, comme ça :

(Robes du MET) Deux jolies robes à l’anglaise ! Il y avait un piège : ce ne sont pas des polonaises, mais bien des « anglaises retroussées à la polonaise ».

Il y a une pointe sur l’arrière du corsage, comme ça :

Dos d’une de mes front-zones

Mais cette pointe peut être nettement moins marquée :

Dos d’une de mes lévites (faite pour la troupe du bal de Saint Bonnet)

Donc avec un dos de ce genre c’est généralement une robe à l’anglaise (mais ça peut aussi être une lévite -ou toute autre robe de type « orientale »-, front-zone, etc.). Mais pour être sûr, il faut encore regarder le devant de la robe.

Derniers points de détail…

Comment plisser à la taille ?

Soit des plis plats ou des plis en tuyaux d’orgues, comme ça :

Des plis plats sur l’une de mes front-zones (pour les reconnaître : ils sont tout aplatis)

 

Des plis creux sur l’une de mes lévites (bien bouffants)

Certains affirment qu’ils n’y a jamais de plis plats au 18e, et c’est faux ! J’ai vu de mes yeux de nombreux exemples d’époque (dont une robe sublime dans le vestibule du KCI). Par contre les plis creux ont un tombé nettement plus joli, plus harmonieux, mais ils sont terriblement longs à faire car forcément réalisés à la main.

Polonaise, retroussée : kézaco ?

Une « robe à la polonaise » c’est une forme de robe, mais on peut aussi dire « à la polonaise » pour une robe à l’anglaise (l’anglaise étant une autre forme de robe qui n’a rien à voir avec la robe à la polonaise) : c’est donc une « robe à l’anglaise en polonaise ». Déjà, la première question à se poser c’est « y a-t-il une couture horizontale à la taille ? »
–> si oui, alors ce ne peut pas être une robe à la polonaise (mais ça peut être une robe « retroussée à la polonaise » si la jupe du manteau est séparée en 3 pans) .
–> si non, donc couture verticale uniquement ,+ bas séparé en 3 pans = polonaise, comme celle-ci par exemple :

L’une de mes polonaises

Et voici quelque chose qui ne peut pas être une polonaise car la taille est couturée, c’est donc une anglaise / front-zone / lévites / etc. « retroussée » (pour ce qui concerne le nom exact de la robe, il faudrait regarder le devant) :

A gauche elle n’est pas retroussée et à droite elle est retroussée

Une robe peut être retroussée de pas mal de façons : par des tirettes (comme sur les polonaises), par des boutons, des agrafes, ou même « dans les poches » (à prendre au sens littéral).
Attention, il y a un piège ! Et oui, chez les anglosaxons ils disent « à la polonaise » à tout va… C’est une erreur qu’ils corrigent petit à petit pour ce que j’en vois sur les sites des musées US.

Voilà, c’est tout pour ce soir ! Merci d’avoir tenu jusqu’au bout de ce sujet qui peut paraître quelque peu complexe (ou tout simplement chiant…) mais c’est à mon sens la base de la base.

Liens :
Les robes d’époque provenaient pour la plupart du MET et un peu du V&A

* Ouiiiiiiiiiiii, je sais, ce n’est pas le vrai nom ! Mais c’est le nom le plus souvent utilisé dans la littérature alors comme je pars sur de la vulgarisation je vais éviter de pinailler…

11 thoughts on “Quelques dos de robes 18e

  1. Merci de ces éclaircissements! J'ai beaucoup appris avec ces quelques lignes, et j'ai enfin des éléments pour y voir plus clair. J'attends la suite avec impatience!

  2. Génial cet article ! merci ^^ ça commence à dés-embrouiller un peu le schmilblick dans ma tête :p

    Et c'est pas du tout chiant, au contraire !

  3. Bonjour!

    Merci tout cela m'a permis dd'y voir plus clair!!! Je fait un mémoire sur les dots des milanaises dans la deuxième moitié du 18ème siècle et j'aimerais beaucoup m'habiller avec une robe à la lévite ou bien une polonaise pour ma soutenance. Seulement voilà, je ne sais pas coudre!! Est-ce que vous réalisez des commandes???

    Merci pour tout

  4. Bonjour Jeanne,
    Oui, cela m'arrive de prendre des commandes (dans le cadre de mon auto-entreprise). Toutes les infos sont sur mon site : http://tempsdelegance.com/devis.php
    Si vous êtes en région parisienne il faut venir à la journée Grand Siècle de Vaux-le-Vicomte le 20 mai prochain !
    Si vous avez votre mémoire en version électronique et que cela ne vous dérange pas de le faire lire, n'hésitez pas à me l'envoyer sur mon email : tempsdelegance chez gmail.com, pour ma culture personnelle et mon plaisir 🙂
    Fanny

  5. Salut Fanny,
    je ne veux pas faire ma bêcheuse, mais les plis creux, et les tuyaux d'orgues, ce ne sont pas vraiment la même chose. Les tuyaux d'orgues se rapprochent beaucoup plus du système de fronces. On en voit bien le rendu sur la robe grise mal mannequinée 😉
    Si jamais ça t'intéresse, je peux t'envoyer un tuto pour te montrer la technique. C'est très beau, mais c'est super long à faire ^^
    A part ça ton article est super intéressant, et tes documents sont juste magnifiques !!!
    Merci !
    Sandra

  6. Bonjour,
    Un grand merci pour toutes les explications et photos à l’appuis. Maintenant il faut retenir tout ce que je viens d’apprendre ! C’est peut-être le plus dur lol !
    Je me suis longtemps documentée pour mon pet en l’air , avec plis watteau … Quelle galère… Beaucoup de patience et d’opiniâtreté sont nécéssaires.
    Mais seule le résultat compte non?
    Je suis satisfaite bien que l’on puisse toujours faire mieux.
    Je suis fan de vos articles, continuez, merci.
    NEFERTOUTPTITE

    1. Merci pour votre message, vous êtes adorable <3
      Je fera une série rapide sur les robes à plis une fois le tuto "Grand Habit" terminé car il y a quelques "trucs" qui font que c'est assez simple à réaliser en fait (long, mais simple quand on connait les fameux "trucs").

  7. Bonjour, je parcours, de temps en temps, tes articles et ils sont très intéressants. Merci pour ce partage de connaissances et photos de robes d’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *