(conférence faite aux GNiales « Se faire un costume à moindre frais », partie n°2 et suite de ce billet-là présentant le GN)

English version : Sorry, I didn’t had time to translate this post today :'( 
Il will be coming as soon as possible…

Le costume : mais qu’est-ce que c’est ?
On a souvent tendance à croire qu’un costume ce n’est qu’un vêtement : FAUX. En tout cas ce n’est pas la façon dont je vois les choses ! Un costume c’est un tout : un vêtement seyant à une silhouette, complété par une coiffure, éventuellement un maquillage et un ensemble d’accessoires. C’est même le détail qui fait le costume, en voici la preuve en image sur ces magnifiques tableaux de Boldini :
Ok, ce petit ensemble gris est divin. Mais ôtez-lui mentalement ses gants en chevreau, sa canne, sa lavallière, sa moustache et  mettez-lui une coupe de cheveux quelconque. On y perd, non ?
Très bien, c’est simplement une femme vêtue de noir. Mais difficile d’utiliser le qualificatif « simple » la concernant tant son port de tête est altier, sans parler de tous les détails : les bijoux, la forme du buste, le col (et ce petit col cassé blanc), les cheveux. Ahhhhhhhh, lovely !
Ainsi, dans les nombreux sujets traitant du « costume à moindre frais » qui suivront je vais abondamment aborder tout ce qui fait le costume (la silhouette, le vêtement, la coiffure, le maquillage et les accessoires) mais en essayant de vous donner pas mal d’astuces pour vous améliorer ou vous montrer que faire un costume ce n’est pas si compliqué que ça…
Le triangle d’Or du costumier
Voilà, il est communément admis qu’il y a trois choses sur lesquelles on peut jouer pour se faire un joli costume : le temps / le talent / l‘argent.
Si vous ne validez qu’une seule de ces variables alors vous pourrez faire absolument ce que vous voudrez mais votre costume sera moche. Pour avoir un costume digne de ce nom il faut en effet qu’au moins 2 de ces variables soient vérifiées. Et si vous faites le trio gagnant alors banco ! Là votre costume sera le top du top.
Le triangle d’Or du costumier
Je vais donc essayer au fil de ces sujets de vous donner un maximum de « trucs » pour tricher et zapper la variable « argent » grâce à des bons plans, des astuces et du « bricolage ». Ensuite à vous d’y mettre le temps ou/et le talent pour que votre costume soit très bien ou parfait 🙂
L’Ennemie avec un grand « E »
C’est…
… la transpiration. Aussi appelée sueur, excrétion, hidrorrhée, hydrorrhée, sudation, vapeurs, etc. Quoi que soit le nom qu’on lui donne c’est ce qui vous détruit le mieux et le plus vite un costume. Pourquoi ? Parce qu’un costume ça ne se lave généralement pas et que sauf si vous souhaitez parfaire un costume de pouilleux en rajoutant l’odeur, en un ou deux ports vous pouvez dire adieu à votre vêtement. Quel gâchis !
Il y a donc une règle d’or pour limiter les dégâts : toujours porter du linge de corps. Et oui, avant l’invention de la machine à laver c’est ce que faisaient toujours nos ancêtres, ils mettaient des chemises ou maillots de corps et c’était cela qu’ils lavaient fréquemment pour éviter de sentir de bouc faisandé ET préserver un maximum leurs vêtements « visibles » qui coûtaient bien plus chers.
Mesdames, outre cet aspect hygiénique de base, un linge de corps doit être systématiquement porté sous un corset très serré. Cela permettra d’éviter de vous brûler/scarifier la peau (damned, si je l’avais su avant j’aurais d’ailleurs moi-même quelques cicatrices en moins !). Et même sous une robe de bal (généralement très décolletée), il vous faut un linge de corps. Si vous n’avez pas le temps/l’envie de faire ça alors rien ne vous empêche d’acheter un t-shirt 1er prix au supermarché et de découper tout ce qui ressort de la robe. Au déshabillage ne le jetez pas car il peut encore être lavé puis utilisé de nombreuses fois avant de finir à la poubelle, même si vous avez tranché dans le vif !
Cette demoiselle a tout compris : bas, panty et chemise vont protéger sa robe de « l’Ennemie »
La base concernant costumes
 
Ce qu’il faut éviter de faire :
–> Mélanger les matières et les couleurs : tentant mais pas bien !
–> Utiliser des matières difficiles à entretenir (ex. la soie qui se tâche ou se froisse rien qu’en la regardant) : pas bien du tout !
–> Mettre moult décorations impossibles à laver : joli mais pas bien !
–> Avoir un gros coup de coeur sur un tissu hors de prix sans savoir pour quoi vous allez l’utiliser : pas bien ! (10 ans plus tard il y a de grande chances pour que vous ne sachiez toujours pas quoi en faire).
Préférez plutôt :
–> Les matières qui s’entretiennent bien : lin, coton, certains synthétiques. Dans le doute demandez conseil au vendeur si par miracle il s’y connait vraiment, ou vérifiez auprès d’un ami qui s’y connait et pourrait vous renseigner.
–> Avant d’acheter votre tissu faites-lui faire un mini-crash test ! Tirez un peu, griffez frottez-le à un kleenex blanc (très utile pour vérifier que votre tissu ne dégorge pas sa couleur). S’il n’y a pas d’étiquette au rouleau de tissu et que vous avez un doute à ce que le vendeur vous dit alors vérifiez la composition en le brûlant avec un briquet (après avoir demandé au vendeur l’autorisation bien entendu, si le monsieur refuse alors c’est certain : vous avez devant vous soit du synthétique, soit un gros con, soit un gros con vendant du synthétique). Idem, essayez de voir le tissu à la lumière du jour et n’achetez jamais de tissu sans prendre un appareil photo avec vous : réalisez 2 photos, une avec et une sans flash. Certains tissus sont très beaux à la lumière néon du magasin, mais avant de lui consacrer plusieurs jours de travail autant vérifier qu’il vous plaise sous toutes les lumières. Et surtout, en cas de doute n’achetez pas.
–> Gardez toujours une grande chute du tissu quand vous réalisez un costume. Comme ça avant de courir chez le teinturier (et d’y faire flamber votre carte bancaire) vous pourrez découper un bout de cette chute que vous passerez à la machine à laver. Parfois on a de très bonnes surprises ! Il m’est plusieurs fois arrivé d’avoir des taffetas synthétiques achetés quelques euros à peine qui ressortaient nickels. Si par contre le tissu ne passe pas le cap de la machine à laver vous allez devoir aller au pressing : si l’employé est consciencieux alors il peut apprécier le reste de la chute que vous lui proposerez, ça lui permettra de faire des tests de températures.
–> Faites des décorations amovibles. Depuis des siècles nos ancêtres trichent… alors n’ayez pas de scrupules à faire de même !
Ces mignonnes petites dentelles hyper fragiles ? bâties à grands points aux extrémités des manches et des cols.
Ces adorables fleurs en papier ? Montées sur bouton pression (bon, là ça ne sera sans doute pas bon si vous faites de la reconstitution historique ^ ^).
Cette sublime applique de perles ? Elle s’épingle au plastron.
Comme ça vous pouvez nettoyer ou faire nettoyer vos costumes sans avoir peur que les décorations soient abîmées mais en plus vous pourrez utiliser une même décoration sur plusieurs costumes !
Mais surtout…
Réfléchissez à quoi va vous servir le costume !
La princesse Vespa, elle, est toujours bien préparée à toutes les situations : et surtout elle ne prend jamais « que l’essentiel ».
– Est-ce que vous allez courir dans les ronces avec ou rester dans une salle tout étincelante de propre ?
– Quelle température fera-t-il ? plutôt un temps à robes de bal ou à porter des cols hauts et des fourrures ?
– Combien de temps le costume doit-il tenir ? pour une seule occasion ou pour 10 ans ?
– Est-ce que vous allez avoir de l’aide pour vous habiller ou serez-vous livré à vous-même ? ça peut être utile à savoir avant de vous lancer dans un système qui se lace dans le dos…
– Combien de temps aurez-vous pour vous préparer ? Dans quelles conditions ? Si vous n’avez que 30mn pour vous mettre en costume dans une pièce où vous serez une 20aine alors il n’est peut-être pas utile de transporter votre fer à friser d’un bout à l’autre de la France et ensuite de faire une crise de nerf parce que  toute votre coiffure reposait sur vos boucles mais qu’il n’y a même pas de prise dans la dite salle (oui, oui, celle-ci sent le vécu). Rappelez-vous parfois que le mieux est l’ennemi du bien !
– Et puis surtout : mais à quoi est censé ressembler le personnage que je vais camper ? Mais ceci est une autre histoire et le sujet du prochain billet reprenant cette conférence des Gniales (à venir sous peu)

4 comments

  1. Je suis d'accord, très bon article, as usual. Je commence à être accro à ce blog ! C'est tellement vrai, les accessoires et le comportement du costumé modifient et subliment tellement un costume.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *