Drama queen alert !

To foreign readers> I’m sorry but I’ll talk about a very typical French problem : our drama queens costumers. I am always amazed when people who live across the ocean are able to tell me who quarelled with whom in Paris, but that’s not funny for new comers who are fast disgusted whereas they just started being interested in costumes…
***
J’ai reçu dernièrement beaucoup de messages d’amis peinés de lire une diatribe très virulente sur le blog d’une fille à problèmes bien connue du costume, intervention qui s’en prenait directement à moi après avoir très clairement mis beaucoup de mauvaise foi à comprendre l’un de mes sujets précédents.

Lui répondre ? Non. Franchement, je m’en fiche complètement ! Cela fait une année que j’ai décidé d’éliminer toutes les personnes toxiques (et chronophages) que j’avais autour de moi (en les bloquant sur FB par exemple) pour me focaliser sur les 99,99% d’autres personnes qui valent la peine qu’on les chouchoute. Parce que oui : plus on donne et plus on reçoit, je vous assure que ce n’est pas une légende ! J’en ai la preuve tous les jours en lisant vos gentils emails ou quand on se voit. Oh, comme j’aimerais vous donner plus !

 

Depuis le temps que je fais du costume je commence à bien connaître ces personnes désagréables… Et ça permet de relativiser !
Donc j’ai décidé de parler aujourd’hui des gens à problèmes que l’on rencontre dans le costume. Pourquoi ? Parce que parmi ceux qui m’ont écrit pour me signaler l’éclat de la drama queen sur son blog se trouvaient des gens que cela a secoué, qui se remettent en question et qui hésitent même à continuer le costume. Or malheureusement, il faut savoir que dans le milieu du costume ce genre de personnes à problèmes sont très présentes (mais non fréquentes) et que la demoiselle au fiel est peut-être l’une des moins dangereuses car on la voit arriver de loin ! Une petite étude de la drama queen s’impose, histoire que ce que j’ai vécu à les cotoyer (et même à les avoir comme amies) serve à d’autres… (si c’est trop long pour vous à lire alors sautez directement à la conclusion).


***

La drama queen

Attention : moi j’appelle un chat « un chat » et je ne suis pas connue pour mon côté « politiquement correcte » (plus pour mon côté « grande gueule », je l’avoue ! mais je ne supporte pas les personnes sournoises). Je vais sans doute vous sembler sans pitié dans mon analyse plus bas, mais j’estime que les armes de nuisance des drama-queens résident en deux choses et qu’une fois que ce sera su alors elles perdront une bonne dose de dangerosité :

1/ Dans la pitié qu’elles inspirent autour d’elles parce qu’il faut l’avouer, elles ont une vie vraiment merdique. Et donc si vous avez un peu de cœur vous les plaindrez forcément (au début, jusqu’au moment où vous vous rendrez compte qu’elles s’y complaisent et ne font rien pour en sortir puisque c’est leur mode de vie).

2/ Dans la crainte qu’elles inspirent (leur fond de commerce !). Parce que pour exister elles ont besoin de piétiner les autres, ça leur permet de briller artificiellement. A cause de ça j’ai des amies qui n’osent plus montrer leurs créations ou arrêtent complètement le costume. Et ça m’énerveuuuuuuuh !

Alors maintenant je vais vous donner quelques clés pour les reconnaître et pour relativiser, les considérer pour ce qu’elles sont vraiment : pas grand chose… Cette petite étude est issue de mon expérience personnelle les concernant, car j’en ai côtoyé pendant trop longtemps. Je n’ai aucun scrupule à leur mettre le nez dans leur caca car je vous assure qu’elles sont trop cassées en dedans pour avoir le moindre scrupule devant leurs victimes.

a) Cette minorité non silencieuse
En fait, je connais environ 1500 costumés (vous comprenez sans doute maintenant pourquoi parfois j’oublie des prénoms) et parmi ceux-là j’ai une « liste noire » de 8 personnes que je considère comme étant « toxiques ». Dans ces 8 personnes il y a 2 manipulateurs pervers pathologiques (dont le seul homme de ma liste noire) et 6 drama queens (toutes des femmes). Oui, vous avez bien lu : 0,4%, c’est tout. Bien entendu il y a pas mal de drama queens en devenir autour, des filles qui ont une bonne partie des caractéristiques des drama queens (cf. plus bas) et qui sont à un pas de le devenir pour de bon (souvent sous le haut patronage d’autres drama queens ravies de les tirer vers le bas). J’espère sincèrement qu’à un moment donné elles feront demi-tour parce que la vie d’une drama queen c’est vraiment pas une chose à souhaiter, même à son pire ennemi… (je les plains très sincèrement, j’avoue, mais cela ne leur donne pas le droit de maltraiter les autres)

b) Pourquoi dans ce milieu ?
C’est simple, le costume est un milieu artistique où l’on aime se montrer (ou montrer ses créations) : il y a donc une concentration importante de gros égos et de forts caractères. Rien de bien méchant. Mais c’est un milieu massivement féminin ! Et il faut l’avouer : les filles entre elles sont souvent des garces. Mettez-y ne serait-ce qu’un homme, et l’atmosphère s’assainit. Mes amies me disent souvent qu’il y en a aussi beaucoup dans le milieu du cosplay, du burlesque, etc. Des milieux présentant ces mêmes caractéristiques en fait.

c) En quoi sont-elles nocives ?
Et bien parce que les drama-queens du costume n’ont rien d’autre dans la vie que le costume. Du coup, tout prend des proportions totalement disproportionnées ! Elles deviennent des fachos du costume (parfois sans rien y connaître) et oublient des choses essentielles telles que le fait que le costume est un loisir. Et là où elles sont vraiment fortes c’est que même à vous qui êtes bien dans votre tête finissez parfois par rentrer dans leur jeu et à vous contrarier pour de telles broutilles…
Comme elles sont aigries et jalouses (voir la partie suivante), elles sont promptes à être méchantes, n’hésitant pas à s’attaquer au physique des gens ou à leurs compétences (à croire qu’elles n’ont jamais commencé dans le costume ? et qu’elles sont parfaites ?).
Et comme elles s’ennuient, elles mettent un point d’honneur à tout épier et à tout savoir. Avant les commères étaient aux fenêtres des petits villages, maintenant elles ont un compte FB. Elles notent tout et jugent la paille du compte du voisin sans voir la poutre qui est sur le leur. Et bien entendu, comme toute bonne commère qui se respecte, elles racontent tout autour d’elles. Que voulez-vous ma bonne dame ? Il faut bien s’occuper quand on n’a pas de vie.

d) Comment les reconnaître ?
J’ai fait une liste de caractéristiques à force de les côtoyer, je vous la partage dans l’idée que ça peut peut-être vous éviter des désagréments futurs. Les 6 drama-queens que je connais possèdent TOUTES ces caractéristiques à la fois (c’est la minute « psycho de comptoir », je vous préviens) :
– Tout d’abord elles n’ont presque pas d’amis. Soit parce qu’elles sont incapables de se lier à qui que ce soit, soit parce qu’elles ne savent pas les garder. Ainsi si vous voyez une costumée qui change d’amis très régulièrement, c’est un signe important ! Attention, elles ne sont jamais seules pour autant, non. Elles ont toujours une poignée de fidèles et ont même parfois des enfants (mais il y a rarement encore le papa).
– Elles souffrent d’un gros complexe d’infériorité, généralement parce qu’elles ont été maltraitées psychologiquement par leur entourage par le passé (à cause de leur physique, de leur passion, etc.). Ne voulant plus le subir de nouveau elles se mettent à maltraiter aveuglément les autres à leur tour pour ne plus être « victimes ». Elles projettent leur mal-être autour d’elles, capables de casser psychologiquement ceux qui n’auraient pas le recul de percer à jour leur petit stratagème… Et oui, on dit souvent que le sexe et l’argent sont les principaux moteurs du monde, et bien la jalousie est celui des drama queens.
– Elles souffrent de dépression. En ayant moi-même souffert, je sais la reconnaître très vite et en parler sans tabou car c’est une réelle maladie que l’on ne peut imaginer sans l’avoir vécue. MAIS, le détail les concernant c’est qu’elles ne se soignent pas. Nooooooooon : « je n’ai aucun problème, c’est le monde autour de moi qui est mauvais, je suis entourée de cons ! et bien loin de moi l’idée de me dire que j’y suis peut-être pour quelque chose ». D’ailleurs le fait de ne jamais se remettre en cause est aussi l’une de leurs caractéristiques.
– Elles ont beaucoup de temps libre : elles n’ont pas de travail ou sont en arrêt maladie longue durée ou ont un travail peu prenant. Ainsi, elles ont le temps de ruminer le moindre détail. Cela tourne souvent à la paranoïa, car quand on n’a rien à faire de sa vie on s’en imagine des choses (j’appelle ça le « syndrome confessions intimes » du nom d’une célèbre émission de TF1).
Trolls inside. Elles sont la terreur du net… mais dans la vraie vie il n’y a plus grand monde. La dernière que j’ai croisé a fondu en larmes juste en voyant mon reflet dans un miroir. Une autre veut me « casser la gueule » et je l’attend toujours (bien déterminée à la laisser faire pour pouvoir porter plainte ensuite). Une autre demande si je viens à un événement avant de dire si elle vient.
– Elles sont tellement psychorigides et haineuses qu’elles sont capables de sortir sur le web des phrases d’une bêtise abyssale quand elles voient qu’elles sont face à des gens qui ne font pas ce qu’elles disent. Voici quelques vrais exemples lus sur le net : « on devrait couper les mains de ceux qui cousent à la machine à coudre », « le site ne va pas du tout ! Il y a 18 photos de X, et seulement 15 de moi ! J’exige que tu rajoutes 3 photos de moi ! », etc. Et elles sont même capables de vous poignarder dans le dos alors que vous ne leur avez jamais rien fait de mal : il faut savoir que j’ai protégé la fameuse blogueuse du début alors qu’une autre costumée voulait la frapper lors d’une sortie, et du jour au lendemain je suis devenue « l’ennemie » pour une raison qu’elle seule connait. Une autre que je considérais comme étant une amie (croyant qu’elle pouvait sortir du côté obscur, folle que je suis…) a tout fait pour faire annuler mon dernier bal d’Halloween auprès des autorités religieuses (et de la municipalité) parce qu’on « ne danse pas dans une chapelle désacralisée depuis plus d’un siècle » (alors qu’un jour il faudra que je vous montre les photos d’elle l’année précédente, dansant dans la même chapelle ! A priori les drama-queens il faut aussi faire ce qu’elles disent et pas ce qu’elles font !).
– Ah, et ensuite, forcément : elles ont un blog ou un compte FB dans lequel elles racontent sans cesse à quel point les gens sont trop cruels avec eux, ou sont des gros nuls (bref, à quel point elles ce sont des chic filles du coup par opposition). Parce que pour être une drama-queen il faut du public ! C’est pour ça que je met un point d’honneur à ne lire aucun de leurs blogs ou forums et à les bloquer sur FB, sans public point de scandale. Un bon indice pour trouver celles qui vous entourent : elles risquent de diffuser cet article en criant au scandale ! Faut dire qu’elles vont se sentir visées… Elles me traiteront sans doute de « pétasse présomptueuse » ou de « grosse conne », et faut avouer que sur ce point elles auront raison, j’assume totalement de l’être pour elles 🙂 Cependant ça ne me fait pas plaisir de les avoir sans cesse sur le dos, je préférerais qu’elles m’oublient et cessent de parler de moi.

***
Conclusion
Pourquoi ai-je fait ce sujet ? Pourquoi ne pas laisser couler ? Simplement parce qu’autant ça ne me dérange pas qu’elles s’en prennent à moi (je me fiche bien de leurs avis ! et je n’ai rien à prouver à personne ! au contraire, j’aime beaucoup les faire enrager… **chieuse inside**), autant ça me dérange que ça affecte mes amis et ceux que j’aime.
Messages à tous les non-drama-queens du costume : ne laissez personne vous démolir. Vous pouvez vous tromper ou même parfois faire des bêtises quant à vos choix de conception de costumes, et alors ? L’échec ce n’est pas une fin en soi. Tirez-en des conclusions pour vous améliorer la prochaine fois. Mais personne n’a le droit de vous juger ! Et n’essayez pas de rentrer dans le troupeau, par pitié ! Ayez mauvais caractère, tentez des trucs, ne soyez pas d’accord : sinon le monde serait tellement chiant… Ah, et rappelez-vous : le costume n’est qu’un loisir, et il y a tellement de gens adorable à y rencontrer.

28 thoughts on “Drama queen alert !

  1. MERCI !
    Je fais partie de ces personnes sensibles qui ont douté, plusieurs fois j'ai hésité à poster des choses sur mon blog/ma page de peur (oui) qu'elle passe par là et décide de s'en prendre à moi. Mais je remarque qu'elle ne fait que perdre toute sa crédibilité à insulter les gens de la sorte.

    (En tout cas elle porte bien son pseudo…)

    Elle a même créé une page exprès pour insulter les gens qu'elle n'aime pas, je l'ai déjà signalée.

  2. Ces escarmouches devraient s’appeler "La guerre des corsets". Léchouilles, ma dinde préférée.

  3. Je crois savoir de quel blog tu veux parler. Je l'ai suivi un temps, mais j'ai arrêté, justement parce que l'aspect "drama queen" me saoulait. J'ai trouvé ton blog il y a peu et je le trouve bien plus agréable à lire et bien mieux documenté.

  4. Allez Afleurdepeau2 ! Hauts les coeurs ! Fort heureusement, il y a encore beaucoup de gens adorables 🙂

    Et j'oserais dire qu'à partir du moment où vous doutez et où vous vous posez des questions alors vous êtes sur la bonne voie en matière de costumes : on ne sait qu'une seule chose, c'est que c'est un vaste domaine dans lequel on découvre de nouvelles choses tous les jours ! Et personne n'a jamais pu maîtriser le sujet parfaitement (moi j'en apprend encore chaque jour, mais je suis loin de "maîtriser le sujet" parfaitement, donc je suis peut-être un bon exemple…).

  5. Hein? Il y a des Drama Queens dans le monde des costumiers? Noooon.

    Je blague. Moi celles que je connaissent sont du genre à prioriser leurs hobby au point de se dire: "Est-ce que je me paye cet évènement pour lequel j'ai besoin de nouveaux costumes, d'une tente, de matériel et le tout 100% historique, ou est-ce que je paye mon loyer ce mois-ci? Les costumes bien sûr!".

    La réalité, c'est que dans tous les domaines, il y a des gens qui ont des vies minables et qui dans leur hobby s'imposent comme vedettes, demandent toute l'attention et aliènent tous ceux qui ne se conforment pas à leur volonté.

  6. Merci Sombrefeline ! Sur le "bien mieux documenté", je doute, car je suis le genre de personnes à survoler les choses pour essayer de synthétiser, je suis très nulle pour citer mes sources par exemple, et je fais encore pas mal d'erreurs à cause de recoupements mal faits (bien malgré moi).
    Le pire concernant la fille de l'autre blog c'est que si elle canalisait son énergie sur des choses positives elle pourrait vraiment en sortir des choses bonnes, car elle a une connaissance non négligeable et un savoir faire qu'on ne peut nier.
    Elle a une approche de littéraire et moi de scientifique. Les deux ont leurs place, et peuvent coexister je pense. Arrêter de s'entre-tuer donc 😀

  7. Merci pour cet articles ^^ ca permet aux débutants ou aux personnes sensibles de ne pas se bloquer à cause ça …

    Heureusement je n'en fait pas partis et elle ne me fait point peur ^^ en restant calme et polie ca leur coupe l'herbe sous le pied !!! Elles enfin elle ne sait plus quoi sire ni ses super copines d'ailleurs environ aux nombres de 5 à l'heure actuelle ahhahah

    Les clémentes créations

    Je m'attend a des représailles qui vivra verra hiihihi

  8. Merci !
    Je suis toute débutante et voir dès le début autant de propos virulents c'est vrai que ça fait y réfléchir à deux fois ! Mais en effet la meilleure solution est d'ignorer ces personnes, car elles ne subsistent que par l'attrait qu'on leur porte !

    En tout cas je suis contente de voir que ça ne vous affecte pas, j'ai été fâchée de la voir s'attaquer à vous car c'est en bonne partie grâce à vous que j'ai décidé de me lancer dans l'aventure !

  9. C'est bien de se moquer, c'est très mature… et d'attendre des représailles pour pouvoir encore plus se moquer et continuer le lynchage, c'est bien aussi.

    Mais sinon, t'es pour la paix sur Internet, hein.

  10. Chère Fanny,

    Je trouve votre article fort mal à propos. En effet, j'ai été plus que choquée par votre article sur les "silhouettes" et l'effet : "si t'es petite et grosse alors fait pas de costume" qui s'en dégageait.
    Vous auriez pu vous en sortir par une pirouette en continuant sur la vague de la "tricherie" mais non, des croix rouges bien visible pour les rondes, sur tout ou presque, merci de venir juger de ce qu'on peut ou non porter.
    Je ne juge pas de ce que vous pouvez ou pas coudre ou vendre dans votre boutique…
    Tiens, oui, le costume doit rester un loisir, mais il semble que c'est votre fond de commerce, si je ne m'abuse ?

    Là, vous vous fendez en plus de critiquer les gens qui ont une dépression, tout en disant que vous en avez eu une vous même… mais alors vous avez fait parti de ces gens que vous méprisez aujourd'hui ? Non ?
    Donc vous vous reniez ?

    Les personnes à qui vous vous en prenez en vous faisant passer pour un "bisounours" sont autrement plus talentueuses que vous. Ben oui, à mon tour de juger, puisqu'il s'agit de ça dans cet article. Vous vous permettez de juger là où on critique le fond, vous critiquez les gens, vous vous permettez de venir dire à de jeunes ou débutantes (voire les deux) couturières, ce qu'elles peuvent ou non faire.
    Et ça ne me plaît pas.
    Mais alors pas du tout.

    Je ne reviendrais pas sur toutes les méchancetés que vous avez pu évoquer dans votre article (toutes les mères célibataires sont donc des névrosées ? Bonjour le raccourcis ! Et ce n'est qu'un exemple !)

    Sur ce, je ne vous salue pas.

  11. Mais pas de problème Chloé, merci pour ton avis. C'est noté 🙂
    Mais comme je te l'ai dit sur FB, si vraiment ce que je fais ne te plait pas alors je ne te retiens pas ! Confronter les avis et pouvoir discuter c'est bien : à condition de lire et comprendre ce qui est écrit, de ne pas y mettre une mauvais foi évidente. Puisque ce dernier point semble être hors de portée pour toi alors arrête de lire ce torchon qui me sert de blog : tu gagneras pas mal de temps et de points de SAN ! Profite-en peut-être pour évangéliser les foules. En postant des photos de ce qu'il faut faire pour être "histo" par exemple (mais la prochaine fois n'oublie pas de retirer tes lunettes XXIe, c'est crédible 😀 )

  12. Enchantée, moi c'est Anouk… dis si tu pouvais suivre le lien http://geekette69.over-blog.com/ tu te rendrais compte que je ne peux pas être Chloé.
    Et je lisais ton blog parmi d'autres et ton article sur les "silhouettes" m'a vraiment fait gerber. Ton article ici sur les drama queen est encore plus haineux.

    Et si tu pouvais éviter de croire que les deux seules personnes qui n'aiment pas ton blog plein de rancœur et de fausses approches scientifiques – une approche scientifique, c'est minutieux et ça ne permet pas d'être "balayé" voire "frôlé" en vitesse sans liens ou sources confrontées les unes aux autres… mais je vais trop loin pour toi, je suppose – sont Chloé et une autre personne, alors tu te goures grave.
    Je vais tâcher de mettre mon registre de langue au niveau du tiens pour que tu me comprennes bien :
    Toi arrêtes d'insulter les gens avec des articles minables pleins de haines et qui n'ont aucune considération pour ce que les gens peuvent penser à leur lecture, ton égoïsme et ta méchanceté n'ont d'égal que le venin que tu craches sur la toile.

    Tu te vantes de faire pleurer quelqu'un ??? Mais tu as fait quoi pour traumatiser cette personne à ce point dans son loisir ?
    Tu te fous des mères célibataires ? Mais c'est quoi se foutage de gueule ? Ce raccourcis niaiseux et plein de fiel, oups, pardon, un mot trop compliqué pour toi, de haine.

    La haine, c'est tout ce que toi et ta petite cours avec Clémente en première ligne savez faire !

    Et non, je ne lirai plus ton blog, sauf si tu recommences les messages haineux et que ça me tombe sous le nez, je me ferai un plaisir de te "maraver" la gueule virtuellement en déconstruisant ta haine pour la remettre à sa place, 6 pieds sous terre virtuelle.
    Ça va, l'ironie et le second degrés sont assez présent pour ton demi-neuronne ?
    Ou faut que j'explicite encore plus histoire que ça ne finisse pas en "Anouk elle est trop méchante, elle m'a menacé de mort !" dans trois mois, puisqu'apparemment, tu bugues sur le second degré. Trop haut pour toi, j'imagine.
    Donc je le dis explicitement : c'est du second degré.

    Et arrête de te foutre de la gueule des gens.

    J'ai voulu être polie, voilà ou ça me mène !

    Méfiez vous les gens, je crois que cette personne a un problème avec les pseudos, ne sait pas lire, et doit être quelque peu paranoïaque !

    Je ne te salue toujours pas.

  13. Bonsoir,

    En fait, je publie les commentaires sous mon compte Google quand je commente. >_<
    Bon, je commente peu, donc tu as une petite excuse. Pas très probante vu le lien vers le site d'Anthéa mais on va dire ça. (Et, globalement, c'est plutôt drôle ce genre de confusion).

    Comme je l'ai expliqué tantôt, ce qui me retient est justement ce genre d'articles, pas tant parce qu'ils ne me plaisent pas que parce qu'ils ne vont pas plaire à pas mal de monde. Il arrive que tes sorties soient drôles, souvent involontairement. Il arrive qu'elles soient tristes. Celle-ci est juste inquiétante.
    Cela fait pas mal de temps que je te suis. Je ne dirais pas que je te connais mais enfin, je connais de ta vie ce que tu partages. La lecture du présent article m'a laissé un arrière-goût amer, un arrière-goût de malaise. Comme l'impression lancinante de lire quelqu'un qui tente sans vraiment le vouloir de faire son auto-critique, mais de manière déguisée, en se mentant à soi-même.

    Toutes ces transpositions de moments et d'états d'esprits que tu as connu et parfois partagé (bon, comme tu es un sujet de commérages reconnu d'utilité publique dans le milieu du costume je ne sais jamais trop, avec le recul, ce que j'ai pu lire parce que tu t'étais épanchée sur la toile ou ce que j'ai pu entendre de ta vie privée parce qu'unetelle à racontée à unetelle que blah blah blah et que les potins tournent et que, sérieux, échapper à tes fais et gestes n'est pas si facile même si aucun des magazines people que j'ai trouvé chez mon dentiste ne parle de toi. Enfin, pas encore en tous cas.) Toutes ces transpositions forment une sorte de puzzle en camaïeu de mal être.

    Je crois que tu es au bord du burn-out avec le travail monstre que te demande la boutique. De là sans doute viennent tes doutes sur la suite, ces petits moments ou on te vois te poser la question de continuer ou pas. Eh bien sur tu continues, tu as raison ceci dit: c'est un beau projet. L'enthousiasme que tu retrouves dans ton sillage et les encouragements de tous ces gens qui compte sur toi pour continuer est sincère. C'est ce qui te donne la force de poursuivre, encore et encore, même si tu n'arrives pas à te payer vraiment ou vraiment correctement. "Quand on aime on ne compte pas" rarement proverbe aura été aussi vaillamment illustré.

    Moi, j'ai regardé ça de loin, en prenant des nouvelles de temps à autre. Comme je suis moi-même à mon compte, j'ai une idée plus précise que d'autres du courage et du travail que cela demande au quotidien, et de la pression que l'on a sur les épaules en temps que proue d'un navire chargé à bloc. Un rôle de tous les instants… Tu vois ce que je veux dire.

    Je vais te donner un conseil. Un conseil que tu connais, car tu as déjà du te le faire à toi-même sans jamais réussir à l'appliquer vraiment, parce que… Parce que c'est compliqué.
    Il n'est jamais bon de ne pas s'accorder au moins une journée de libre chaque semaine, ou l'on fait quelque chose qui n'a rien à voir de près ou de loin avec le travail. Jamais bon. Ja-mais.
    Et les WE ne sont pas là pour rattraper le retard de la semaine.

    Voilà.
    Si tu redresses la barre aujourd'hui, l'envie repartira et l'on ne te retrouveras plus à expliquer que tu ne veux plus coudre des commandes de costumes ou autres petites sorties du genre, qui sont sans doutes sincères mais inquiétantes. Franchement. J'imagine que tes proches te l'on dit déjà. Qu'ils t'ont rappelé ton enthousiasme des débuts, quand tu te figurais déléguer une partie des commandes à quelques copines de confiance (etc…) Bref. Comment c'était avant la fatigue.

    (…)

  14. (…)

    J'ai peut être la part facile de te trouver autant d'excuses puisque je ne suis personnellement concernée ni par le présent article ni dans celui sur les silhouettes à éviter ou à faire attention lorsque l'on est ronde. Je suis en colère contre toi en raison des effets produits sur le moral d'autres personnes, c'est donc un sentiment raisonné, analytique, qui fait la part des choses. J'essaye de comprendre.

    Pas mal de points soulevé dans cet article te laissent le bénéfice du doute: on peut mal se comprendre entre êtres humains, on peut se fâcher, on peut construire des imbroglios infinis de malentendus. Sur beaucoup de points, j'imagine qu'il est possible que tu croies sincèrement ce que tu écris. Y compris les trucs les plus fantaisistes ou décalés (comme le délire sur les mères d'enfants abandonnées par le papa, où sincèrement si je ne comprends déjà pas l’intérêt de cette stigmatisation arbitraire je comprends encore moins où tu as réussi à croiser une mère célibataire parmi les costumières mais enfin, en France, des trolls en costume j'en connais après tout que deux, des mères à peine plus, toutes en couples, et je n'ai pas la prétention de 1500 contacts dans le milieu donc bon. D'ici à ce que ce soit une denrée moins rare que ce qu'il me semblait…)

    Mais il y a un point qui ne laisse aucun doute, c'est cette histoire de mains. La fameuse citation, que tu tronques systématiquement, ce qui a pour effet de faire passer Heileen pour une dangereuse psychopate. Citation qui est, dans sa version intégrale, d'une nature radicalement différente (surtout pour quelqu'un comme toi qui se vante d'aimer l'humour noir et de n'avoir pas de tabous, même la mort.)

    "Notre héroïne, faut-il le préciser, considère que coudre à la machine est un crime qui mérite de se faire couper les mains, de les cuire au court-bouillon et de les manger avec des nèfles du Japon. Notre héroïne souffre d'historicitite: c'est incurable."

    Je mets au défi n'importe quel lecteur en pleine possession de ses capacités mentales de prendre *sincèrement* cette phrase au sérieux. Je ne dis pas qu'il est impossible de la prendre pour de bon au premier degré, simplement, il faut être soit retardé soit de mauvaise foi.

    Par contre, lorsque l'on lit la manière dont tu la cites (en fait, plus précisément, la manière dont tu transformes la citation) l'effet rendu n'est pas tout à fait le même:

    "on devrait couper les mains de ceux qui cousent à la machine à coudre"

    Là pour le coup je mets au défi n'importe quel lecteur d'imaginer le contexte réel et le ton original de la citation.

    Prétendre avoir mal compris la plaisanterie serait de la simple mauvaise foi, à plus fortes raison venant de la part d'une personne qui avoue éhontément n'avoir même pas lu l'article auquel elle répond. Mais la tronquer et la remodeler à ta guise pour lu donner un ton radicalement différent de celui d'origine, ce n'est plus de la mauvaise foi, c'est de la calomnie délibérée.
    L'arme de prédilection des névrosés et des politiciens sans arguments.

    Si le but était de me faire ressentir de la pité pour toi dans un sursaut de prise de conscience sur oh mon dieu combien Heileen te faisait peur avec ses plaisanteries un peu trop humour noir sans tabou à ton goût, c'est presque réussi.

    Sur ce…

  15. Je ne comprends pas pourquoi, avec tous les féminins qui nous ordonnent de maigrir autour de nous, l'article originel a été mal pris.

  16. Parce que, bon sang, on peut être enrobée et avoir quand même une silhouette en sablier (j'en ai déjà vu).
    Et il n'est pas écrit non plus je crois que les grosses sont à mépriser (Là c'est le moment où, je pense, vais passer pour une simplette).
    On s'en branle du nombre de kg des gens, sérieux. Le principal c'est d'être bien dans ses basques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *