La semaine dernière fut chargée à préparer des costumes pour un shooting photo qui a eu lieu hier pour le 3e numéro de “Vivre l’Histoire” au château de Meung-sur-Loire, par le photographe Frédéric Coune. Je voulais partager avec vous quelques clichés “backstage” de cette journée hors du temps comme je les aime et vous montrer rapidement les créations confectionnées pour l’occasion (rapidement car je ne souhaite pas déflorer les images de la revue ! et pour avoir les explications liées aux costumes il faudra aller en kiosque début septembre !).
I was very busy last week, I had to sew several costumes for a photo-shoot organized to get new photos for the third issu of the french magazine Vivre l’Histoire” in the château de Meung-sur-Loire, by the photographer Frédéric Coune. I wanted to share with you some of the clichés from this magical day and to show you some of the costumes I made for this special occasion (but with very few explanations because I have to keep interesting stuff for the magazine !).
 
***
 
Tout d’abord il fallait illustrer le prochain article de Marie de Rasse, c’est pourquoi j’ai tour à tour posé dans un corset 1890 (le fameux qui m’a fait tant râler sur Facebook !), dans une baignoire et sur une méridienne :
First I had to strike the pose for Marie de Rasse’s next article, that is why I was wearing my new corset, posing in a bath tub and on an antique sofa :
 
Corset vers 1890 en coton calendré noir et décorations jaunes.
1890 corset made of black chinz and yellow decorations.
Puis direction “salle de bain du 19e siècle” sous l’objectif de Frédéric.
After that I had a bath waiting for me in a 19th bathroom.
Avant de manger des meringues en chemise de la fin du 19e siècle.
And eating meringues in a 19th under-shirt.
 
***
 
Puis direction la fin du 18e siècle, 1795 très exactement, pour une séance concernant une période peu connue du grand public : le directoire. Il faut dire que cela a duré peu de temps, mais c’est une époque que j’aime de plus en plus reconstituer car elle suit directement l’une des périodes les plus atroces de l’histoire de France, la Terreur, pendant laquelle on a allègrement assassiné au nom de la nation puis génocidé une partie de la population en toute impunité (je vous conseille d’ailleurs un reportage que j’ai visionné pendant la confection des costumes directoire, “Robespierre, le bourreau de la Vendée ?“, de l’excellente émission “l’Ombre d’un doute”). La reconstituer nécessite de se remettre dans le contexte plus que les autres époques car la mode, le comportement, les loisirs sont très particuliers, ce sont ceux de personnes qui ont vu la mort de très près. Peut-on sortir indemne d’un tel cauchemar ? Non, on en sort traumatisé assurément, c’est pourquoi tout est excessif et un peu fou pendant le directoire, tout est vécu à 200% pour tenter d’oublier un passé trop proche et trop insupportable…
Then my friends and I dressed in 1795 costumes to reenact some “Directoire” scenes. “Directoire” is not a well know period from french history, mainly because we (french people) are still ashamed of the atrocious period that took place few months before, “la Terreur”, period during which a part of our people slaughtered the other part (we now at last speak of genocide, but very softly as it’s still a taboo subject). Reenacting it is very special as we have to keep the context in mind because fashion, manners and hobbies were very particuliar, they were ways of life from people who saw death very closely. How do people are ending up after such a nightmare ? Traumatized of course, that’s why everything is excessive during the “Directoire”, they now lived their lives with more passion and few madness, trying to forget their recent unbearable past…
 
Nous y sommes allés entre costumiers (donc chacun a fait son costume) :
l’incroyable Sébastien Passot et les merveilleuses Olympe & Fanny

All