Bonjour à toutes et tous ! Première étude d’un des costumes exposés au Musée d’Art de Nantes pour l’expo “L’Art de paraître au 18e siècle” (voir mon article ICI ou le lien vers le site du musée ICI). Cette robe à la française appartient au Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris (je tiens d’ailleurs à remercier ce musée ainsi que celui de Nantes pour les très jolies photos que je peux vous partager aujourd’hui !).

Hello everyone ! First article about one of the costumes displayed in the Art Museum of Nantes, for the exhibit “L’Art de paraître au 18e siècle” (we could translate it by “The Art of appearing during the 18th century”) -see my article HERE or the museum website HERE). This dress (a “robe à la française”) belongs to the Palais Galliera, the fashion museum of Paris city (many thanks to this museum and to Nantes museum for the photos I can share with you today !).

Commençons par le tissu ! Nous trouvons cette description très précise sur la base de données de Paris musées (ICI) : “guirlandes de fleurs et de dentelles, ondulées et disposées dans le sens vertical, ponctuées de fleurs isolées et de bouquets de fleurs”. Il s’agit d’un cannetillé broché de soie assez typique de la 2e moitié du règne de Louis XV (vers 1755-1765 plus exactement, dans le pur style Lyonnais), ce qui nous donne une idée assez précise de la date de création de la robe, et ça tombe bien : les robes à la française avaient encore la cote à cette époque-là !

Let’s start with the fabric ! A very precise description can be found on Paris museum’s data basis (HERE) : “garlands of flower and lace, wavy and vertically displayed, interspersed with isolated flowers and with flower bouquets “. It’s a cannetillé silk brocade which is very typical from the 2d part of the reign of Louis XV (circa 1755-1765 more precisely, from Lyon), which gives us a quite precise idée of when the dress was made. And it matches with the fact that ” robes à la française” were still very fashionable during those era !

La robe a la française a plusieurs caractéristiques que l’on retrouve ici :
– Une jupe d’un côté, et le manteau de robe de l’autre,
– Un manteau au dos garni de plis (que l’on appelle souvent “pli Watteau” par abus de langage),
– Les manches en pagode doublées d’un taffetas de soie bleu.

The “robe à la française” has several features that we can find here :
– A skirt on one side, and the “manteau” on the other side,
– The back of the “manteau” has several pleats (often imprecisely called “Watteau pleat”),
– Pagoda sleeves lined with a nice blue taffetas.

Voici la jupe à plat, qui forme un grand rectangle, et une fois la coulisse resserrée :

Here is the skirt, displayed flat, and when casing is tighten :

Le musée Galliera indique que le montage de la ceinture a été refait, mais on voit bien l’ingéniosité du système qui permet d’adapter la jupe aux paniers, et aussi que les décorations ou le tissu de qualité ne se trouvent qu’aux endroits visibles (le tissu saumoné ne sera pas visible une fois le manteau porté).

Galliera museum indicates that belt mounting has been redone, but we can see the ingenuity of the system as it allows to adapt the skirt on the hoops. The decorations and expensive fabric can only be seen on visible places (the pink fabric will be unoticeable one the “manteau” worn).

La photo suivante montre magnifiquement le détail du dos et des manches :

The following photo shows the details of the back and the sleeves :

Bref, jusque là nous sommes sur une robe typique des années 1755-1765 mais… ça va se corser à partir de maintenant !

Well, we are on a very typical dress from years 1755-1765 but… things will be more tricky from now !

Le devant est vraiment typique des années 1785, ce qui nous fait un joli gap de 20 ans avec le reste de la robe ! Les compères (ce sont des parties qui ferment le devant) sont vraiment postérieures à la date supposée de la robe. Elles sont décorées de pattes qui s’agrafent, et forment une ligne de taille sans pointe, ce qui ne se voit pas avant les années 1780. Elles sont aussi garnies de sourcils de hannetons en soie, ce qui est très démodé à ce moment-là.

The front is very typical of the years circa 1785, so we have a 20 years gap with the rest of the dress ! The “compères” (the closure pieces on the front of the dress) are subsequent to the supposed fabrication date of the dress. They are decorated with straps that fasten with hooks and eyes, and design a flat waistline, which is something we don’t see before the 1780’s. They are garnished with silk fly fringes, which is already out of fashion too.

Il y a donc deux possibilités :
– Soit la robe a été faite en 1755-1765, et a été retouchée 20 ans plus tard pour être remise “à peu près” au goût du jour,
– Soit elle a été faite dans les années 1780 avec un tissu démodé, et bien que les robes à la française soient, elles aussi, démodées.
Je ne sais pas si le musée Galliera a plus d’informations quant à sa date, et si ce n’est pas le cas alors nous ne saurons peut-être jamais laquelle de ces possibilités est la bonne !

There is two possibilities :
– The dress has been made in 1755 to 1765, and has been altered 20 years later, to match better with new fashions,
– Or the dress has been made in the 1780’s with an old-fashionned fabric, and whereas “robes à la française” were already outdated too.
I don’t know if Galliera museum have more informations about the manufacturing date, and if they don’t then we could never know what is the solution !

***

Bibliographie :
– Domyo, Mihoko (1994). Soierie de Lyon et de l’Europe . Tokyo : Musée du costume Bunka Gakuen.
– Le Brun, Jean Antoine (15 novembre 1785 – 1er novembre 1786). Cabinet des modes. Paris : Buisson.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.