Aujourd’hui je vais vous parler d’une exposition à faire absolument si vous passez en région parisienne d’ici au 23 février 2020 : “L’étoffe de ma Garde-Robe” au musée de la toile de Jouy à Jouy-en-Josas. Toutes les informations sont sur leur site internet : ICI. Et toutes mes photos du vernissage : ICI.

I am going to talk about a must-see exhibition if you are around Paris before february the 23th : “L’étoffe de ma Garde-Robe” (which you can translate as “the Fabric of my wardrobe”) at the “musée de la toile de Jouy” in Jouy-en-Josas. You will find more informations on their website, HERE. And all my photos : HERE.

Vous y trouverez beaucoup de très jolies pièces, montrant les goûts français en matière de cotonnades peintes et imprimées depuis le 18e siècle jusqu’à nos jours. Un domaine assez peu connu et reconstitué dans le milieu du costume historique, et c’est bien dommage (même si c’est compréhensible : c’est un sujet risqué ! Les motifs changent souvent). Quelques exemples de robes exposées : (cliquer pour agrandir)

You will discover a lot of nice outfits, showing the french taste in painted and printed cotton cloth since the 18th century until now. It’s not a very well known subject in reenactment (because it’s a risky choice -patterns change very often-), and it’s too bad. Few examples of dresses disclosed : (click to enlarge)

Il y a aussi des costumes masculins, moins que pour le nombre de costumes féminins, mais ça reste impressionnant :

There is men outfits too, less than women outfits, but it’s still impressing :

L’exposition est très réussie : outre un sujet rarement traité, le choix des pièces est intéressant, et le mannequinage est bien fait. Les formes sont en effet globalement respectées, et les personnes ayant fait le montage de l’exposition ont eu la bonne idée de faire quelques pliages de papier pour remplacer les parties manquantes de l’habillement. Le visiteur peut donc avoir une idée d’ensemble du rendu final tout en identifiant rapidement ce qui est d’époque de ce qui est moderne :

The exhibition is very good : the subject is not often disclosed, the choice of the items is interesting, and the modeling is well done. The shapes are broadly accurate, and the people that made the set up had the good idea to make some paper foldings to replace the missing parts of the outfit. It’s easier to have good idea of the final render, and identifying the modern adds :

J’ai lu sur internet quelques commentaires désagréables sur l’exposition : ça m’a hérissé le poil, je l’avoue. Déjà, monter une exposition de ce genre ça coûte très cher et le Musée de la Toile de Jouy n’a pas le public (ni les finances) du MAD de Paris. Ensuite, ce sont des choix d’exposition, et je regrette que certaines personnes qui ne font rien (ou pas grand chose) se permettent de donner des leçons sur le sujet. Exposer le costume ce n’est pas simple. Par exemple, ici le manteau de robe a été modifié une bonne décennie après sa confection (cela se faisait beaucoup à l’époque : on recyclait !). Il a été choisi de l’exposer avec l’ensemble initial. Il aurait été possible de l’exposer à côté du reste du vêtement car la coupe n’est plus la même, mais aucune solution n’est idéale : dans un cas on a deux périodes sur un même mannequin, dans l’autre cas on a deux silhouettes incomplètes !

I read on the internet some very unpleasant comments about the exhibit : it drove me mad, I must admit it. First, creating an exhibit costs a lot and the “Musée de la Toile de Jouy” doesn’t have the audience (or the wealth) of a MET museum. And, exhibition choices have been made, too bad that some people that does nothing allow themselves to say “how it should be done”. Dressing up an historical outfit is not easy. For exemple, here, the manteau de robe (the outter part of the dress) have been updated more than a decade after the whole outfit was done (they used to recycle !). The museum decided to display the manteau de robe with the whole outfit, creating a silhouette with two periods on it. They could have decided to dress two silhouettes : one with the under outfit and the other one with the outer outfit, but both would have been incomplete. There is no good solution !

L’ensemble dans des années 1770-1780, le manteau a eu la taille remontée au cours du directoire (vers le milieu des années 1790) : deux modes très différentes sur la même silhouette..
The outfit was made during the years 1770-1780, the manteau (outer dress) waistline have been raised during the 1790’s : two very different shapes (and period) on the same model.

J’ai eu la chance d’être accueillie par Alexia Fontaine, la responsable scientifique du musée, pendant le montage (et grâce à l’intermédiaire de Julie D., un grand merci à elle aussi ! <3 ), il ma été permis de relever des patrons et d’examiner certaines pièces venant de la famille Oberkampf en détail. Ce fut l’occasion de découvrir des pièces avec des histoires passionnantes, qui m’ont révélé beaucoup de choses sur leurs propriétaires. Entre autre, le corsage aux Iris vers 1780 (voir photo ci-dessous) dont il y a beaucoup à dire. Un grand merci à toute l’équipe du musée pour leur accueil et leur disponibilité !

I had the luck to be welcomed by Alexia Fontaine, scientific responsible of the museum, during the set up of the exhibit (and thanks to Julie D, a big thank to her too !), and was allowed to record the patterns and studying some outfits coming from the Oberkampf family. It was a good occasion to discover items with very interesting stories, that revealed many things about their owners. For exemple, the “iris bodice”, mid-1780’s, (see photos below) on which I have many things to say. Thank you very much to the whole team of the museum for their welcome and availability.

Ah, et enfin : achetez le catalogue de l’exposition. Ce seront 22€ très bien dépensés, car l’ouvrage est vraiment intéressant. (oui, je sais, généralement je déconseille les catalogues mais celui-ci est vraiment bien !)

Ah, and a last word : buy the exhibition’s catalogue ! It will be 22€ well spent, because the book is very interesting. (yes, I know, I often advise not to buy catalogues, but his one is very good).

cof

5 comments

  1. J’adore ce petit musée, bien trop méconnu, alors c’est certain j’irai voir cette exposition … dès que les RER fonctionneront normalement…Merci pour l’info!

  2. Merci Fanny de nous faire partager cette exposition. Je trouve intéressant les retouches qui sont faites aux vêtements pour permettre de le faire durer dans le temps. Pour un soucis écologique, les créateurs actuels devraient vraiment s’en inspirer et permettre que notre garde robe moderne puisse évoluer dans le temps facilement en quelques retouches, ne serait-ce que par le choix de la qualité du tissu et l’agrandissement ou réduction en fonction de notre poids et du changement possible de notre morphologie.
    Merci

Répondre à buisson Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.